L’INVENTION DU SOU­RIRE

Et si c’était la peintre Élisabeth Vi­gée Le Brun qui avait ima­gi­né le tout pre­mier sou­rire

Vanity Fair (France) - - Opinion -

n 1787, la cé­lèbre por­trai­tiste Élisabeth Louise Vi­gée Le Brun ex­pose un au­to­por­trait au sa­lon de pein­ture du Louvre. Sa fille sur les genoux, elle se re­pré­sente es­quis­sant un sou­rire gra­cieux, un rien char­meur, qui ré­vèle de dé­li­cates dents blanches. Ne se­rait- ce pas là le pre­mier sou­rire de l’art oc­ci­den­tal ?

EAu­jourd’hui, ce genre de sou­rire est par­tout : pu­bli­ci­tés, af­fiches d e c am­pagne élec­to­rale, cli­chés per­son­nels, pho­tos de fa­mille, ré­seaux so­ciaux et dans la plu­part de nos échanges quo­ti­diens. Il s’est im­po­sé comme la norme de la re­pré­sen­ta­tion de soi, le sym­bole de notre être- au- monde. Les pu­bli­ci­tés agres­sives pour soins den­taires, le boom des so­lu­tions blan­chis­santes et l’ap­pa­ri­tion de « bars à sou­rire » à tous les coins de rue : il est clair que ce sou­rire « à la Vi­gée Le Brun » n’a ja­mais été aus­si cou­ru.

Mais éton­nam­ment, au XVIIIe siècle, ce sou­rire avait été ju­gé scan­da­leux et

au­to­por­trait, 1787.

Pour la pre­mière fois

dans l’art oc­ci­den­tal,

une femme ose

mon­trer ses dents.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.