Les mots & LES CHOSES

De Ju­lie de Libran

Vanity Fair (France) - - Vanity Case - BÉ­NÉ­DICTE BUR­GUET

«

Il fal­lait une femme à la tête de So­nia Ry­kiel », dé­cla­rait ré­cem­ment , vice-pré­si­dente du conseil d’adNa­tha­lie Ry­kiel mi­nis­tra­tion de la griffe. a suc­cé­dé en 2014 Ju­lie de Libran à , le Ca­na­dien res­té à la di­rec­tion ar­tis

Gé­ral­do da Con­cei­cao tique seule­ment cinq sai­sons. Re­prendre les rênes de la mai­son made in Saint- Ger­main- des-Prés et cap­ter son es­prit pé­tillant re­le­vaient du défi. Avec sa pre­mière col­lec­tion (ac­tuel­le­ment en bou­tique), la sty­liste fran­çaise s’en est sor­tie haut la main. Ce n’est pas vrai­ment une sur­prise : son par­cours lais­sait pré­sa­ger du meilleur. Ju­lie de Libran a été le bras droit de

Marc chez Louis Vuit­ton pen­dant six ans. C’est à elle que la Ja­cobs mai­son au Monogram doit le suc­cès de ses fa­meuses « pré- col­lec­tions ». Avant de quit­ter Louis Vuit­ton, la créa­trice a si­gné la très re­mar­quée ligne Icônes, ins­pi­rée du tra­vail de

Char­lotte . Dé­ci­dé­ment, les femmes de caPer­riand rac­tère l’ins­pirent. —

en Ca­li­for­nie, où ils servent du ha­ma­chi

[pois­son ja­po­nais].

Re­sort aux Mal­dives, un autre monde.

j’ai dé­cou­verte la pre­mière fois pour

mes 40 ans : les cou­leurs, la beau­té

des femmes, les sa­ris, bref, tout m’a

Un sac

L’odeur de la la­vande

Pa­ris la nuit avec ses lu­mières, Saint-

Une es­ca­pade

à la cam­pagne le week- end,

pour me res­sour­cer.

Vel­vet de Shu Ue­mu­ra.

Je ne sais pas chan­ter.

Boire de l’eau.

ja­po­naise UKA. J’en ap­plique plu­sieurs fois par jour.

seule­ment.

In­fu­sion d’homme de

Sa­tin Per­fec­tion BB Cream de REN.

Le Skin Ca­viar Luxe Sleep Mask

Un masque avant de sor­tir.

L’huile bio pour les ongles de la marque

Le gloss Lèvres scin­tillantes de Cha­nel,

Les deux, une fois par se­maine

Un mas­sage du dos.

Une Bai­gnoire de Car­tier

des an­nées 1960 trou­vée ré­cem­ment

chez un antiquaire.

Les san­dales en py­thon

la­cées de So­nia Ry­kiel

avec un jump­suit.

Un jean slim.

.

que je porte

Alaïa et son at­ten­tion au corps de la

femme. J’aime par­ti­cu­liè­re­ment ses

pièces en po­pe­line.

No­bu à Ma­li­bu,

Ree­thi Beach

L’Inde

Le nou­veau Do­mi­no de So­nia

Le noir.

que

Bague en

or blanc,

éme­raude

et dia­mants

chan­teuse.

Ne pas être

« You get what you

give » (on ré­colte ce que l’on sème).

un tra­vail sans pas­sion.

des col­lec­tions pour les femmes

d’au­jourd’hui

Des­si­ner pour So­nia Ry­kiel

l’an­glaise car j’ai gran­di aux États- Unis).

en­ten­due cet été à un concert du groupe

Phoe­nix

Trop de per­fec­tion.

Girl­friend de­puis que je l’ai

émou­vant, drôle, culte.

blanche.

Exer­cer

Des­si­ner

.

Je­wels (de Ju­lie pro­non­cé à

Love Sto­ry

d’Ar­thur Hiller,

La pi­voine

Le Jour­nal d’Anne Frank lu à 10 ans.

des an­nées sexy.

Écrire ma jour­née,

chaque soir, dans mon agen­da

Agen­da Ta­de­lakt

Per­riand. J’ai col­la­bo­ré sur un pro­jet

avec sa fa­mille et son tra­vail m’a

bou­le­ver­sée.

Il est si­gné Char­lotte

Le Pan­théon.

Ca­prese : to­mates et moz­za­rel­la.

C’est simple et bon.

Ce­lui de

mes cou­sins, un châ­teau

de beau­pré rouge co­teaux d’Aix- en-

Pro­vence.

noir 70 %.

Blancs avec des rayures

rouges en bor­dure.

dor­mir, lire, tra­vailler…. et pas que ça.

Une bi­blio­thèque de

Martino Gam­per.

re­tard.

.

Les bi­joux de­puis que je suis pe­tite…

et énor­mé­ment !

Les se­ven­ties,

Du cho­co­lat

Porsche 911 (1972) noire.

.

Le site Web Style.com.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.