PA­RIS by NIGHT

Ren­dez- vous avec Cé­line El­le­na de­vant le ci­né­ma l’Ac­tion Christine.

Vanity Fair (France) - - Vanity Case Style - Syl­vie yeu

Ce soir-là, la salle pro­je­tait L’Ul­time Raz­zia de Stan­ley Ku­brick. La séance avait dé­jà com­men­cé, la rue Christine était tran­quille. ,

Cé­line el­le­na « créa­teur at­ti­tré du Par­fum de la mai­son » chez Her­mès, vit au­jourd’hui près de Grasse, dans les Alpes-Ma­ri­times. Le Quar­tier la­tin la ra­mène aux an­nées où elle étu­diait la lin­guis­tique à la Sor­bonne. Lors­qu’elle avait un « blanc » ou le blues, elle trou­vait re­fuge au ci­né­ma, de­vant un vieux film : « À l’époque, les dia­logues lais­saient place à l’ima­gi­naire. » La jeune femme aban­don­ne­ra la lin­guis­tique pour de­ve­nir nez, dans le sillage de son père Jean-Claude El­le­na. Elle a trou­vé dans le par­fum – « il est éphé­mère, n’a pas de dic­tion­naire » – une li­ber­té qu’elle n’a pas ren­con­trée ailleurs. Et dont elle jouit de­puis vingt ans, pour la mai­son Cha­ra­bot, The Dif­ferent Com­pa­ny, au­jourd’hui pour Her­mès. Pour le sel­lier du 24 Fau­bourg, elle a créé cinq par­fums d’in­té­rieur dont les noms – Des pas sur la neige, Temps de pluie, Fe­nêtre ou­verte, Champ libre, À che­val ! –, comme les dia­logues des vieux films, laissent place à l’ima­gi­naire. Le de­si­gner

guillaume Bar­det a été char­gé de leur don­ner formes : des coupes-bou­gies en cé­ra­mique fa­cet­tée, des ga­lets par­fu­més et des pe­tits che­vaux en ori­ga­mi qui per­mettent d’em­por­ter l’odeur de chez soi par­tout où on va. His­toire de se sen­tir à l’in­té­rieur même ailleurs. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.