Her­VÉ GUI­BerT

Vanity Fair (France) - - Fanfare -

Ro­land Barthes a 62 ans et Her­vé Gui­bert, 21, quand ils se ren­contrent en 1977, l’an­née de la pu­bli­ca­tion de Frag­ments d’un dis­cours amou­reux, es­sai ma­jeur sur l’amour et le lan­gage. Amou­reux, Barthes l’a peut- être été du jeune ro­man­cier, au­teur du Mau­so­lée des amants. Mais leur re­la­tion s’en trouve com­pli­quée, mi­née par un mal­en­ten­du. Gui­bert af­firme que Barthes lui a de­man­dé de cou­cher avec lui en échange d’une pré­face à son texte La Mort pro­pa­gande no 0. Pour le­ver toute am­bi­guï­té, Barthes lui adres­se­ra une lettre d’amour et d’ex­cuses in­ti­tu­lée « Frag­ments pour H » dans la­quelle il écrit : « Je ne vou­lais nul­le­ment “ma langue sur sa peau”, mais seule­ment, ou au­tre­ment “mes lèvres sur sa main”. La nuance est lit­té­raire (puis­qu’elle tient au lan­gage) ? Mais je vis se­lon la lit­té­ra­ture, j’es­saie de vivre se­lon les nuances que m’ap­prend la lit­té­ra­ture. » Un texte que Gui­bert pu­blie­ra après la mort de Barthes et qui ré­sume bien leur re­la­tion, es­sen­tiel­le­ment épis­to­laire. Ils se croisent bien sûr au Pa­lace, aux Bains ou chez Mi­chel Fou­cault rue de Vau­gi­rard (les notes de Barthes sur ses er­rances noc­turnes dans la ca­pi­tale ont été ras­sem­blées dans Soi­rées de Pa­ris, texte post­hume qui sus­ci­ta la co­lère de cer­tains de ses proches), mais les deux hommes s’écrivent plus qu’ils ne se voient. En 1980, Gui­bert si­gne­ra la cri­tique de La Chambre claire dans Le Monde. Au re­gret, pa­raît-il, de Ro­land Barthes...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.