L’AL­LURE DE…

... Jacques Hen­ri Lar­tigue par Jus­tin de Ville­neuve, 1968.

Vanity Fair (France) - - Vanity Case | Style - CH­RIS­TO­PHER NI­QUET

Si af­fiche un sou­rire ré­joui sur ce cli­ché, c’est Lar­tigue qu’en face de lui se trouve la pé­tillante , verT­wig­gy sion blonde et mo­derne de la ca­pi­teuse , Re­née Perle sa muse des an­nées 1930, par ailleurs maî­tresse du pa­cha de Mar­ra­kech. À l’âge de 74 ans, l’ar­tiste a tou­jours la mine fa­cé­tieuse du ga­min qu’il était lorsque, équi­pé des pré­cieux ap­pa­reils pho­to de son père, il en­tre­prit de consi­gner de ma­nière ob­ses­sion­nelle le quo­ti­dien de sa famille.

Après trois an­nées de man­ne­qui­nat qui l’ont sa­crée pe­tite prin­cesse des Swin­ging Six­ties, Twig­gy est en train de pré­pa­rer, avec son com­pa­gnon et im­pré­sa­rio

Jus­tin de Ville, le deuxième acte de sa car­rière : le film mu­si­cal The neuve Boy Friend de (1971), dont l’in­trigue se si­tue

Ken Rus­sell dans les an­nées 1920. L’illus­tra­teur et cos­tu­mier (qui

Er­té compte, à son ac­tif, de nom­breuses cou­ver­tures de Vogue, des af­fiches pour les Fo­lies Ber­gère et des cos­tumes pour la Me­tro- Goldwyn- Mayer, à Hol­ly­wood) est convain­cu que la brin­dille est un ava­tar des femmes libres du dé­but du XXe siècle qui l’ont tant ins­pi­ré. Après le mo­der­nisme épu­ré et pop du dé­but des an­nées 1960, les An­nées folles sont de nou­veau dans l’air du temps et Jus­tin, es­pé­rant gla­ner des anec­dotes qui nour­rissent son pro­jet ci­né­ma­to­gra­phique, re­cherche des té­moins de l’époque.

Grâce à Er­té, une ren­contre est or­ga­ni­sée chez Lar­tigue. Le MoMA, à New York, vient tout juste d’ex­po­ser ses cli­chés, des images an­non­cia­trices de la pho­to­gra­phie en mou­ve­ment qui fait rage dans les ma­ga­zines de mode du mo­ment. L’ar­tiste, plus connu jusque- là pour ses ta­bleaux, se re­trouve dans la lu­mière après des an­nées d’ou­bli. Jacques Hen­ri Lar­tigue voit dans le vi­sage de Twig­gy, ain­si que dans le look an­nées 1920 qu’elle vient d’adop­ter, quelque chose de l’ac­trice

( la mar­raine de ses en­fants) et de­mande Yvonne Prin­temps à la pho­to­gra­phier. Jus­tin de Ville­neuve saute sur l’oc­ca­sion et l’y au­to­rise à la condi­tion ( l’im­pré­sa­rio n’est ja­mais loin) qu’il puisse, lui aus­si, faire son por­trait avec le Pen­tax qu’il vient d’ac­qué­rir. La pho­to de ce gé­nie d’un autre temps se­ra le pre­mier cli­ché réa­li­sé par Jus­tin de Ville­neuve. On est sûr que chez Cé­line et chez

Phoebe Phi­lo Ales­san­dro Mi­chele Guc­ci ne re­nie­raient pas les pan­toufles de four­rure im­pro­bables de Jacques Hen­ri Lar­tigue. Et on peut ima­gi­ner que ses conseils ont cer­tai­ne­ment contri­bué au suc­cès de The Boy Friend (deux récompenses aux Gol­den Globe Awards pour Twig­gy), un film de­ve­nu culte. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.