UN DIA­MANT place Ven­dôme

En jan­vier, un in­cen­die re­tar­dait la ré­ou­ver­ture du Ritz. Mais les portes à tam­bour du pa­lace pa­ri­sien de­vraient se re­mettre à tour­ner avant l’été pour dé­voi­ler ses nou­veau­tés.

Vanity Fair (France) - - Vanity Case Art De Vivre - PIERRE GROP­PO

L’his­toire du Ritz est celle du gla­mour ca­pi­tal, do­rures et nuits ma­giques avec vue sur la place Ven­dôme. La liste des ha­bi­tués res­semble au plus beau Ro­lo­dex du XXe siècle :

Fran­cis Scott Fit­zet , et Gian­ni Ver­sace Ma­don­na

, la du­chesse de WindGa­brielle Cha­nel sor, et , Er­nest He­ming­way El­ton John

, les équipes de Mas­ter Char­lie Cha­plin Chef ou la mé­con­nue ,

Blanche Au­zel­lo épouse du di­rec­teur et ré­sis­tante à l’heure où le gra­tin na­zi s’in­vi­tait dans le plus bel hô­tel de la France oc­cu­pée. Le Ritz et ses 30 000 m2 dé­li­cieu­se­ment old school, son banc d’as­cen­seur, sa pis­cine, ses res­tau­rants et ses té­lé­phones sur les tables de nuit ra­content un luxe ras­su­rant. Même l’in­cen­die du mois de jan­vier n’a pas réus­si à ébran­ler le mythe : comme Pa­ris, le Ritz tangue mais ne coule pas. Fer­mé il y a quatre ans (pour la pre­mière fois de­puis 1898) sur dé­ci­sion de son pro­prié­taire,

Mo­ha­med Al, il connaît un chan­tier phé­no­mé­nal. Fayed Les 159 chambres et suites sont ra­me­nées à 142, toutes di”érentes, dont plu­sieurs clas­sées. Une salle de bal a vu le jour ; un tun­nel pri­vé a été creu­sé de­puis le par­king de la place Ven­dôme. Le best- of tech­no­lo­gique n’em­piète pas sur la lé­gende, les meilleurs ar­ti­sans ayant tra­vaillé dans les règles de l’art au re­mo­de­lage sot­to­voce de cette adresse qui s’amuse avec co­quet­te­rie à dis­si­mu­ler sa mo­der­ni­té. —

ge­rald

Mise au vert

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.