Pho­to­call

Le sou­rire d’Isaac Rei­na va cres­cen­do dans le Pho­to­ma­ton de Karl La­ger­feld.

Vanity Fair (France) - - Vanity Case Style -

Il se passe la main dans les che­veux pour les dis­ci­pli­ner. « Hier, ils étaient su­per bien ran­gés, à la Fran­çois Truf­faut », sou­pire- t-il. La veille, in­au­guI­saac Rei­na rait sa nou­velle bou­tique au 12, rue Tho­ri­gny, à Pa­ris, face au mu­sée Pi­cas­so. Né et éle­vé à Bar­ce­lone, l’Es­pa­gnol n’a pas eu une tra­jec­toire li­néaire. Il se des­ti­nait à l’ar­chi­tec­ture avant de bi­fur­quer vers la mode homme. Après avoir tra­vaillé au cô­té d’ , il s’ins­talle à Pa­ris et passe

An­to­nio Mi­ro sept ans chez Her­mès, au­près de ,

Vé­ro­nique Ni­cha­nian avant de se lan­cer dans la ma­ro­qui­ne­rie en 2006 et d’éta­blir sa propre marque : « J’avais en­vie de me dé­ta­cher du corps. Je res­sen­tais un be­soin d’abs­trac­tion. » Ses créa­tions pour homme et femme – sacs à main, à dos, 48-heures et pe­tite ma­ro­qui­ne­rie ins­pi­rée des che­mises et dos­siers de pa­pe­te­rie – af­fichent un de­si­gn épu­ré, des vo­lumes souples et struc­tu­rés. « J’aime que leur gra­phisme re­flète pré­ci­sé­ment leur fonc­tion sans avoir be­soin d’ad­jec­tif. » Ses mo­dèles, réa­li­sés à la main dans des cuirs na­tu­rels, s’en­ri­chissent au fil du temps d’une pa­tine in­com­pa­rable. Dans le stu­dio de Karl La­ger­feld aux murs cou­verts de livres sur plu­sieurs mètres de hau­teur, ce pa­pi­vore se sent comme un pois­son dans l’eau : « Ou­vrages d’ar­chi­tec­ture, de de­si­gn ou de lit­té­ra­ture, les livres nour­rissent mon tra­vail. » Dans la li­brai­rie, il en choi­sit deux. L’un, consa­cré au tra­vail du de­si­gner – « son Oli­vet­ti n’a rien à en­vier à la Ma­rio Bel­li­ni Va­len­tine de Sott­sass » –, l’autre, un re­cueil de pho­tos sur le dé­sert russe de , une

Lju­bi­sa Da­ni­lo­vic ar­tiste dont il n’a ja­mais en­ten­du par­ler, mais dont la qua­li­té abs­traite des images l’at­tire. � La

der­nière fois que l’on a ad­mi­ré la sil­houette ra­cée d’ ,

Ama­lia Vai­rel­li c’était lors de la per­for­mance d’ ,

Oli­vier Saillard Mo­dels ne­ver talk où, en quelques pas et deux, trois gestes, elle pro­pul­sait l’as­sis­tance à un dé­fi­lé haute cou­ture d’Yves Saint Laurent. D’ailleurs, il se dé­gage des bi­joux d’Ama­lia une sen­si­bi­li­té pas très éloi­gnée de celle du cou­tu­rier qu’elle a cô­toyé pen­dant près de vingt ans. Sus­pen­dues à un ru­ban de sa­tin, ses com­po­si­tions ont la grâce. �

Va­ni­ty Fair.

de lju­bi­sa da­ni­lo­vic, édi­tions la­main­donne.

feuille peinte, ambre

et perles de verre.

co­quillage, graine

et perles de verre

peintes à la main.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.