L’AL­LURE de…

Pat Cleveland et Hal­ston, 1980.

Vanity Fair (France) - - Vanity Case Style - CH­RIS­TO­PHER NIQUET

Créa­teur star des an­nées 1970, proche d’ et haAn­dy Wa­rhol bi­tué du Stu­dio 54, Roy Hal­ston Fro­wick, en­tré dans l’his­toire de la mode sous le nom de , s’en­vole

Hal­ston en sep­tembre 1980 pour la Chine afin de ren­con­trer des in­dus­triels et conso­li­der les re­la­tions com­mer­ciales entre ce pays émergent et les États-Unis. Or­ga­ni­sé à l’ini­tia­tive de son frère di­plo­mate, ce voyage est une per­for­mance en soi : douze man­ne­quins, quinze em­ployés de sa mai­son de cou­ture new-yor­kaise et quelques proches l’ac­com­pagnent, dont et

Li­za Min­nel­li Bian­ca Jag­ger (qui gra­ve­ra ses ini­tiales sur la Grande Mu­raille). Le tout me­né à la ba­guette par , son ex­cen­trique bras

D. D. Ryan droit. Cette odys­sée se­ra pho­to­gra­phiée par le Ja­po­nais . Né à Shan­ghai, ce

Hi­ro pro­té­gé de Ri­chard Ave­don et d’Ir­ving Penn réa­lise des cli­chés ex­pé­ri­men­taux pour le ma­ga­zine Har­per’s Ba­zaar au­quel il col­la­bore en­core au­jourd’hui, à plus de 85 ans. Une équipe de la chaîne de té­lé­vi­sion NBC traque chaque saute d’hu­meur, en vue d’un documentaire pré­té­lé­réa­li­té qui ne se­ra ja­mais dif­fu­sé.

Le voyage au­rait coû­té 600 000 dol­lars, une for­tune à l’époque. Chaque par­ti­ci­pant a re­çu un as­sor­ti­ment de va­lises en Ul­tra­suede (une ma­tière syn­thé­tique fa­çon daim qui a fait le suc­cès de Hal­ston), un car­net de route et un ves­tiaire com­plet. Il n’en faut pas moins afin d’ho­no­rer tous les ren­dez-vous – dé­jeu­ners, dî­ners of­fi­ciels, vi­sites tou­ris­tiques... – pour les­quels une te­nue dif­fé­rente a été sé­lec­tion­née par le de­si­gner : ca­che­mire rouge le ma­tin, ivoire l’après­mi­di, trench noir pour la Grande Mu­raille ou aux cou­leurs du dra­peau amé­ri­cain pour vi­si­ter les usines. Le dé­fi­lé de ga­la or­ga­ni­sé pour l’in­dus­trie tex­tile à l’opé­ra de Shan­ghai se­ra le point d’orgue de ce sé­jour. Sur ce cli­ché, le man­ne­quin star amé­ri­cain ,

Pat Cleveland membre émi­nent des Hal­sto­nettes ( garde rap­pro­chée du créa­teur comp­tant dans ses rangs ,

An­je­li­ca Hus­ton et ), se préMa­ri­sa Be­ren­son Elsa Pe­ret­ti pare sous l’oeil de Hal­ston, vê­tu de son tra­di­tion­nel col rou­lé noir et fume- ci­ga­rette à la main. Les en­jeux com­mer­ciaux sont énormes pour les deux pays.

Mais le dé­fi­lé, avec ses te­nues de soie trans­pa­rente cen­sées in­car­ner la mo­der­ni­té amé­ri­caine, se­ra un bide : les robes cou­vrant à peine le corps des man­ne­quins et dont le coût au­rait per­mis de nour­rir un vil­lage en­tier une an­née du­rant choquent des di­gni­taires san­glés dans un uni­forme va­li­dé par le Par­ti com­mu­niste. C’est le pre­mier re­vers pu­blic du gol­den boy de la mode amé­ri­caine. Quelques jours plus tard, en France, un grand dî­ner don­né en son hon­neur chez Maxim’s se­ra sno­bé par le gra­tin pa­ri­sien, confir­mant la fin d’une pé­riode bé­nie pour Hal­ston. Après son re­tour aux États-Unis, une suc­ces­sion de mau­vais contrats met­tra dé­fi­ni­ti­ve­ment fin à la car­rière de l’« em­pe­reur de la 7e Ave­nue ». —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.