Le maître en­chan­teur

Vanity Fair (France) - - Vanity Fair -

’un film à l’autre, le ci­néaste ré­vé­lé par Quand j’étais chan­teur (2006) porte un re­gard tendre et bur­lesque sur la plus mo­derne des pas­sions : la cé­lé­bri­té. Sa der­nière co­mé­die, Mar­gue­rite, s’ins­pire de la vie de Flo­rence Fos­ter Jen­kins, une ap­pren­tie can­ta­trice qui rem­plis­sait les salles en chan­tant faux. Un suc­cès : quatre Cé­sar pour le son, les dé­cors, les cos­tumes et la meilleure ac­trice Ca­the­rine Frot (11e de ce clas­se­ment), plus d’un mil­lion d’en­trées en France (son re­cord per­son­nel). Et une jo­lie re­vanche pour ce fils de jour­na­liste qui avait quit­té avec fra­cas son an­cien as­so­cié et pro­duc­teur Édouard Weil après l’échec de Su­per­stars – les deux hommes sont tou­jours en pro­cès. Dé­sor­mais dans l’écu­rie de Marc Mis­son­nier (An­dré Té­chi­né, Pa­trice Le­conte...), Gian­no­li rêve de conqué­rir l’Amé­rique, où Mar­gue­rite a été qua­li­fié de « bou­le­ver­sant et hi­la­rant » par The New York Times. « Lors de mon der­nier sé­jour à Man­hat­tan, glisse- t- il, je dor­mais à cô­té du Car­ne­gie Hall où Fos­ter Jen­kins s’était pro­duite. » Mais cette fois, le bon­heur son­nait juste. � L’Ave­nir

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.