L’adou­bé

Vanity Fair (France) - - Vanity Fair -

’est le bras ar­mé de Vincent Bol­lo­ré dans le sep­tième art. Après avoir fait le mé­nage chez Ca­nal +, l’in­dus­triel bre­ton est al­lé cher­cher cet an­cien di­rec­teur du ci­né­ma de la chaîne – qui avait trou­vé re­fuge chez le géant des jeux vi­déo Ubi­soft – pour lui confier un poste à haut risque : la pré­si­dence de Stu­dioCa­nal et la tu­telle sur les achats de films du groupe, deux fonc­tions jus­qu’alors dis­tinctes. Sous ses al­lures de gendre idéal, cet an­cien pro­duc­teur in­dé­pen­dant (Gains­bourg, vie hé­roïque, c’était lui) connaît les risques du mé­tier : « Quand j’ai mon­té La Guerre des bou­tons, mon dos­sier a été re­fu­sé par la chaîne et j’ai dû me battre pour trou­ver de l’ar­gent ailleurs. » Il gère à pré­sent 800 mil­lions d’eu­ros par an. Au­tant qu’un ty­coon hol­ly­woo­dien. �

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.