De son vi­vant, le nom de Jim Thomp­son – ex-agent se­cret, roi de la soie en Thaï­lande, col­lec­tion­neur et homme du monde – rayon­nait dé­jà dans toute l’Asie du Sud-Est. MAR­TINE AZOULAI ra­conte comment sa mys­té­rieuse dis­pa­ri­tion dans la jungle ma­laise, il y a

Vanity Fair (France) - - Vanity Fair -

scène le sou­ve­nir d’un type in­clas­sable, do­té d’une au­ra qui a ré­sis­té au temps. Amé­ri­cain bien né de la côte Est, Thomp­son a com­men­cé une deuxième vie à 40 ans en de­ve­nant agent se­cret, mon­dain en cos­tard de soie claire, gau­chiste ami des mou­ve­ments d’éman­ci­pa­tion de l’Asie du Sud-Est, col­lec­tion­neur achar­né d’an­ti­qui­tés asia­tiques, pro­mo­teur ef­fi­cace d’une in­dus­trie de la soie avant lui confi­den­tielle, créa­teur d’une mai­son qui fait en­core rê­ver... avant de s’éva­nouir sans lais­ser de trace. Il y a une lé­gende Jim Thomp­son. Son his­toire a ins­pi­ré des fic­tions (dont un SAS : L’Or de la ri­vière Kwai), sus­ci­té des pu­bli­ca­tions mul­tiples, des en­quêtes, at­ti­ré des mé­diums comme des es­crocs et pro­voque tou­jours un in­té­rêt mé­dia­tique. Si le mythe a nour­ri l’es­sor de la marque, son in­con­tes­table suc­cès com­mer­cial conti­nue aus­si de nour­rir le mythe. Alors qu’il ne reste guère plus qu’une poi­gnée de sur­vi­vants à l’avoir réel­le­ment fré­quen­té, la lé­gende de Jim Thomp­son risque fort de se ra­vi­ver en­core en 2017, l’an­née qui mar­que­ra le cin­quan­tième an­ni­ver­saire de sa dis­pa­ri­tion en Ma­lai­sie, à l’heure de la sieste.

Pour ten­ter de com­prendre cette fas­ci­na­tion per­sis­tante, une adresse : 6 Soi Ka­sem­san 2, Ra­ma 1 Road Bang­kok, celle de la Jim Thomp­son House, gé­rée par une fon­da­tion fi­nan­cée avec le prix des en­trées. Consti­tuée de la réunion de six an­ciennes mai­sons tra­di­tion­nelles en teck, elle a conser­vé le dé­cor ima­gi­né avec mi­nu­tie par son concep­teur et plonge aus­si­tôt dans une Asie de rêve, théâ­tra­li­sée à la per­fec­tion. Avant de dé­bar­quer en Thaï­lande à la fin de la Se­conde Guerre mon­diale, Thomp­son avait été ar­chi­tecte et dé­co­ra­teur d’in­té­rieur en Penn­syl­va­nie. Il connais­sait les fi­celles du mé­tier : meubles dé­tour­nés de leur fonc­tion pre­mière

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.