LUXE, je suis ton PÈRE

Gé­rald Gen­ta a si­gné cer­taines des plus belles montres mas­cu­lines. Un style à la vi­ri­li­té épu­rée qui conti­nue d’in­fu­ser la créa­tion d’au­jourd’hui.

Vanity Fair (France) - - Vanity Case - NI­CO­LAS SA­LO­MON

C’est le Karl La­ger­feld des montres. Ses mous­taches furent aus­si cé­lèbres que le ca­to­gan du Kai­ser, et ses créa­tions, des mo­nu­ments de l’hor­lo­ge­rie. En 50 ans de carrière, ce bon Suisse d’ori­gine ita­lienne a fa­çon­né les géants du sec­teur : Au­de­mars Pi­guet, Pa­tek Phi­lippe ou en­core IWC lui doivent une ‚ère chan­delle. À 20 ans, di­plô­mé d’une école de joaille­rie, il vend ses pre­miers des­sins pour 15 francs suisses. Après un dé­but à la ma­nu­fac­ture Uni­ver­sal Ge­nève (au­jourd’hui dé­funte), il signe l’Ome­ga Constel­la­tion, dont le sub­til ca­dran à pans cou­pés est res­sor­ti cette an­née. S’en sui­vra une longue liste de mo­dèles de lé­gende : Royal Oak, In­ge­nieur, Nau­ti­lus... Ces jours- ci en­core, la ma­nu­fac­ture Louis Vuit­ton rend à son tour un ul­time hom­mage à Gé­rald Gen­ta avec sa nou­velle boîte ins­pi­rée de « l’âge d’or de l’hor­lo­ge­rie ». De l’aveu même de son di­rec­teur, Ham­di Chat­ti, « il était im­pos­sible de des­si­ner cette montre sans pen­ser à lui ». L’heure est ve­nue de

faire un point sur sa des­cen­dance. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.