Char­lize the­ron

Gol­den girl

Vanity Fair (France) - - Vanity Fair Affaires -

Il y a quelque chose chez cette ac­trice qui at­ten­drit et qui im­pres­sionne. Ce mé­lange – un vi­sage à la Shir­ley Temple sur un corps d’ath­lète – sé­duit au­tant qu’il éblouit. Bref, Char­lize est un pa­ra­doxe. L’amazone spec­ta­cu­laire dé­barque de Los An­geles ce 10 mai, guest-star du dî­ner inau­gu­ral au châ­teau de la Colle Noire, ex-de­meure gras­soise de Ch­ris­tian Dior, ra­che­té et en­tiè­re­ment res­tau­ré par Ch­ris­tian Dior Par­fums. Ce soir-là, Char­lize est morte de fa­tigue. Elle n’a pas dor­mi, son dos lui fait mal. Elle doit re­tour­ner à Los An­geles dès la fin du dî­ner. Dans le sa­lon où la lé­gende dit que le cou­tu­rier ai­mait à se re­po­ser, Char­lize pré­tend comme lui igno­rer les chan­tages de la gloire. C’est ain­si que l’ange blond fait fondre. Et c’est sans doute ce qui a va­lu à la qua­dra sud-afri­caine le Gol­den Globe et l’Os­car en 2004 pour Mons­ter dans le rôle d’une tueuse en sé­rie, ogresse et at­ta­chante. Bi­zarre comme cette Mes­sa­gère de la Paix des Na­tions unies, ne

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.