RévOL­tée

Vanity Fair (France) - - Fan Fare -

Dé­va­lant les bois sombres du Dis­trict 12 et les jeux d’arène post- apo­ca­lyp­tiques des trois vo­lets des Hun­ger Games, Jen­ni­fer La­wrence a don­né vie à l’hé­roïne de cette sa­ga lit­té­raire teen avant de de­ve­nir la ma­chine à os­cars que l’on sait. Kat­niss sait chas­ser, pê­cher, se battre et ins­tal­ler des pièges à gi­bier, ce qui fait d’elle la spé­cia­liste pla­né­taire du « sur­vi­val game » et l’icône des ados de la gé­né­ra­tion « Koh-Lan­ta ». l’arme de pré­di­lec­tion L’arc et les flèches. Le point faible Sa mère, qui a une fâ­cheuse ten­dance à l’aban­don ou à la dé­pres­sion quand on a be­soin d’elle. La ré­plique culte « Per­sonne ne m’ou­blie­ra. Ni à quoi je res­semble, ni com­ment je m’ap­pelle. Je suis Kat­niss, la fille du feu. » Le fa­shion sta­te­ment La natte au­burn hors de prix – lors du pre­mier vo­let, la blonde Jen­ni­fer La­wrence ne vou­lait pas qu’on ex­pé­ri­mente la cou­leur idéale de l’hé­roïne sur ses propres che­veux. Il a donc fal­lu tes­ter cinq per­ruques à 6 000 $ l’uni­té pour trou­ver la bonne nuance. Le crew Adèle Hae­nel dans Les Com­bat­tants, Shai­lene Woo­dley jouant Tris dans Di­ver­gente. In­dice de ba­das­se­rie

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.