L’AL­LURE DE…

...Eli­za­beth Tay­lor par Yul Bryn­ner, 1959.

Vanity Fair (France) - - Style Vanity Case - CH­RIS­TO­PHER NIQUET

quoi peut bien pen­ser Eli­za­beth Tay­lor, 27 ans, sous le so­leil ca­li­for­nien ? Pour l’ac­trice aux yeux amé­thyste, les trois der­nières an­nées ont été plus que mou­ve­men­tées : elles ont été dra­ma­tiques. Après des suc­cès à ré­pé­ti­tion, la Me­tro-Goldwyn-Mayer en­vi­sage de ne pas re­nou­ve­ler le contrat de 4 700 dol­lars par se­maine – une somme mi­ri­fique pour l’époque – de celle qui fut long­temps sa poule aux oeufs d’or. Cô­té vie pri­vée, son couple avec Mi­chael Wil­ding, père de ses deux en­fants, a pris l’eau. À peine Eli­za­beth Tay­lor a- t- elle si­gné son deuxième di­vorce que Mike Todd, pro­duc­teur de théâtre et de ci­né­ma, lui dé­clare sa flamme. Une heure et de­mie plus tard, la co­mé­dienne suc­combe à ses avances. Le ma­riage a lieu dans les jours qui suivent, en fé­vrier 1957, et leur fille Li­za naît sept mois après. Grâce à cet homme de pou­voir (Le Tour du monde en quatre-vingts jours, qu’il a pro­duit, re­çoit l’os­car du meilleur film la même an­née), la ve­dette peut dé­sor­mais en­vi­sa­ger de s’épa­nouir dans des rôles peut- être moins payés mais plus va­lo­ri­sants. Ava Gard­ner a beau lui pi­quer la tête d’af­fiche dans La Com­tesse aux pieds nus de Jo­seph Man­kie­wicz, sa quête va fi­na­le­ment abou­tir grâce au Géant de George Ste­vens, aux cô­tés de la su­per­star Rock Hud­son et d’un pe­tit nou­veau nom­mé... James Dean. Après seule­ment deux se­maines de tour­nage, le jeune ac­teur se tue au vo­lant de sa Porsche. Cet ac­ci­dent tra­gique nour­rit une per­for­mance d’ac­trice en­fin re­con­nue par la cri­tique, mais bou­dée par l’Aca­dé­mie des Os­cars.

Trop d’ar­gent, trop de bon­heur, trop de réus­site : se­lon l’écho­tière Hed­da Hop­per, sur­nom­mée « la vi­père de Hol­ly­wood », le mi­lieu du ci­né­ma est tel­le­ment ja­loux du jeune couple qu’il rêve de l’anéan­tir. Qu’im­porte, c’est pleine de confiance qu’Eli­za­beth Tay­lor dé­bute le tour­nage de ce qui se­ra l’un des films de sa vie, avec le rôle de Mag­gie dans La Chatte sur un toit brû­lant. Mais à peine ce­lui- ci a-t-il com­men­cé que, le 28 mars 1958, l’avion de Mike Todd en route pour New York s’écrase en plein vol. Il ne reste rien de l’en­gin bap­ti­sé Lu­cky Liz. Dé­vas­tée, l’ac­trice va jus­qu’au bout du tour­nage sous la di­rec­tion de Ri­chard Brooks. Le rôle lui vau­dra une amère no­mi­na­tion aux Os­cars et les cri­tiques en­thou­siastes de la presse. Avant la cu­rée.

De­puis la mort de Mike Todd, ses amies les ac­trices Shir­ley MacLaine et Deb­bie Rey­nolds se re­laient à son che­vet et prennent en charge ses trois en­fants. Or, au prin­temps 1959, coup de ton­nerre : le chan­teur Ed­die Fi­sher, ma­ri de Deb­bie et proche du dé­funt, de­vient le nou­veau « Mon­sieur Tay­lor ». Le scan­dale fait la une de tous les jour­naux. Alors, dans la pis­cine de Ri­chard Brooks, en­tou­rée de sa pe­tite Li­za et de son nou­vel époux, Eli­za­beth doit pro­ba­ble­ment faire le vide plu­tôt que se de­man­der si ce bon­heur re­trou­vé est une illu­sion ou s’il est fait pour du­rer. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.