Ran­dal Klei­ser

Vanity Fair (France) - - Mode Vanity Fair -

Grease,

(réa­li­sa­teur de à pro­pos d’Oli­via New­ton-John)

Lors d’un dî­ner, Carr ren­contre Oli­via New­ton-John, une chan­teuse de coun­try aus­tra­lienne blonde, et lui pro­pose le rôle, mais celle- ci – qui a fait ses dé­buts au ci­né­ma en 1970 dans Too­mor­row, un film de science-fic­tion an­glais qui n’a pas ren­con­tré le suc­cès – n’est pas très en­thou­siaste. « J’étais très in­quiète à l’idée de re­ve­nir au ci­né­ma parce que ma car­rière mu­si­cale se por­tait bien, dit- elle, et je ne vou­lais pas la gâ­cher en tour­nant un autre na­vet. » Klei­ser n’est pas convain­cu non plus. « Je me rap­pelle l’avoir ren­con­trée pour la pre­mière fois à cette soi­rée et avoir pen­sé : “La vache, qu’elle est coin­cée ! Mais com­ment on va faire pour la trans­for­mer en sa­lope ?” »

Tra­vol­ta, lui, par­tage l’in­tui­tion de Carr. « Elle avait une voix ex­tra­or­di­naire et je suis convain­cu que per­sonne, dans tout l’uni­vers, n’au­rait pu jouer San­dy mieux qu’elle », dé­clare- t-il, es­ti­mant que la choi­sir alors, c’était comme « don­ner le rôle à Tay­lor Swift au­jourd’hui ». Il veut ab­so­lu­ment la convaincre. « Je n’ai ja­mais lais­sé tom­ber, dit-il. J’ai in­sis­té pour qu’on la ren­contre et qu’on l’au­di­tionne. » Mais Oli­via New­ton-John ne se laisse pas faire si fa­ci­le­ment : elle ne peut pas prendre l’ac­cent amé­ri­cain ; elle de­mande à faire un bout d’es­sai pour me­su­rer son de­gré d’al­chi­mie avec Tra­vol­ta ; et, à 29 ans, elle s’in­quiète de pa­raître beau­coup plus boute- en- train. Lu­cie Ar­naz est pres­sen­tie pour in­car­ner Riz­zo mais le rôle est at­tri­bué à la der­nière mi­nute à Sto­ckard Chan­ning, dont Carr est l’agent. Vé­ri­table co­que­luche de Hol­ly­wood après avoir par­ta­gé l’af­fiche de La Bonne For­tune avec War­ren Beat­ty et Jack Ni­chol­son en 1975, sa car­rière n’ira pour­tant pas beau­coup plus loin.

À 33 ans, Chan­ning est la plus âgée des têtes d’af­fiche. Crai­gnant que les ly­céens de Ry­dell High ne res­semblent plu­tôt à leurs pa­rents, Klei­ser fi­nit par leur faire pas­ser ce qu’il ap­pelle le « test de la patte d’oie ». Pen­dant les au­di­tions, « je m’ap­pro­chais d’eux pour voir s’ils avaient des pattes d’oie au­tour des yeux, et s’ils en avaient, c’est qu’ils avaient dé­pas­sé l’âge au- de­là du­quel il n’était plus pos­sible de faire illu­sion, dit-il. Les ly­céens n’ont pas de pattes d’oie. »

« Al­lan est ve­nu sur le pla­teau avec un feutre mar­ron et il a com­men­cé à des­si­ner des taches de rous­seur sur mon nez afin de me ra­jeu­nir, ajoute Chan­ning. Je me suis écriée que je n’avais pas l’air plus jeune ! Juste plus sale ! »

Il n’y a pas que là que Carr dé­ploie ses ta­lents d’ani­ma­teur. Elvis – qui meurt en août 1977 pen­dant le tour­nage de Grease à Los An­geles – est pres­sen­ti pour jouer Teen An­gel, mais c’est Fran­kie Ava­lon qui a le rôle. L’ac­teur a le ver­tige et manque de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.