Sub­ver­sion

Le cri­tique d’art et cu­ra­teur Jean-Louis Fro­ment oeuvre de­puis dix ans à l’éla­bo­ra­tion des ex­po­si­tions Culture Cha­nel à tra­vers le monde. Il signe son nou­vel opus, « La Femme qui lit », à la ga­le­rie Ca’ Pe­sa­ro de Ve­nise. Du tex­tile au texte, vi­site gui­dée

Vanity Fair (France) - - Fanfare -

Se­lon l’ex­pres­sion consa­crée, une femme qui lit est une femme dan­ge­reuse. Dans le cas de ,

Ga­brielle Cha­nel sa dan­ge­ro­si­té ré­side dans « sa vo­lon­té de chan­ger le monde en of­frant aux femmes un ves­tiaire qui les fait en­trer dans la mo­der­ni­té, en de­ve­nant des femmes d’af­faires. Une forme de ré­vo­lu­tion » , es­time .

Jean- Louis Fro­ment « Sur le plan ro­ma­nesque, pour­suit- il, on pour­rait faire un pa­ral­lèle avec Ma­dame Bo­va­ry. Nour­rie de lec­tures, l’hé­roïne de opère à sa fa­çon Flau­bert une ré­vo­lu­tion in­time, en pas­sant du ma­ri à l’amant. »

, ... » Un dixième du Re­ver­dy Mal­lar­mé fonds de cette bi­blio­thèque est en­core conser­vé dans l’ap­par­te­ment de la cou­tu­rière, rue Cam­bon à Pa­ris. Le reste est entre les mains de la fille de son ne­veu et hé­ri­tier, .

Ga­brielle La­bru­nie

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.