Laurent Ru­quier

Vanity Fair (France) - - Fumoir -

« Vous le re­gret­tez ? » Et lui, ar­dent : « Oui je le re­grette, je me rends compte que j’ai par­ti­ci­pé à la ba­na­li­sa­tion de ses idées. »

On n’avait pas re­le­vé une autre phrase, ce soir-là. « Je ne veux pas qu’on dise que la gauche a étouf­fé les débats », di­sait Ru­quier à de Clo­sets. Ce n’était pas l’ani­ma­teur qui par­lait, pas l’homme de té­lé­vi­sion, mais l’homme de gauche : cette es­pèce dis­pa­rue. Il par­lait comme étant d’un camp. Un an après, à peine plus, même cette évi­dence ne le porte plus. Droite, gauche ? Il ne sait plus choi­sir. Plus per­sonne ne sait. Mer­ci Hol­lande ? Dans À droite à gauche, le chauf­fa­giste Caillard conclut : « C’est pour ça qu’il vaut mieux vo­ter à droite : au moins, y’a la moi­tié du pays qu’est contente ! Tan­dis que quand

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.