Do­mi­nique

Vanity Fair (France) - - Vanity Fair -

Chef 51 ans our son res­tau­rant ou­vert à San Fran­cis­co en 2011, elle avait dé­jà ra­flé deux ma­ca­rons, de­ve­nant la pre­mière femme ain­si ré­com­pen­sée aux États-Unis. Cinq ans plus tard, la voi­là en­core plus près du fir­ma­ment : la re­vue bri­tan­nique Res­tau­rant l’a élue « meilleure femme chef au monde », un an après une autre fren­chie, Hé­lène Dar­roze. Son style ? Une cui­sine épu­rée, hom­mage à ses ori­gines bre­tonnes, et des me­nus ci­se­lés comme des poèmes avec des plats bap­ti­sés « S’en­fon­cer dans les bois » ou « C’était l’été avec ses pe­tites bou­chées sans fin ». a conser­va­trice en chef du Centre Pom­pi­dou n’a pas ou­blié le mo­ment de sa no­mi­na­tion (« un vrai shoot d’adré­na­line » , dit- elle) au titre de com­mis­saire de la pro­chaine Bien­nale de Ve­nise, la plus grande ma­ni­fes­ta­tion d’art contem­po­rain au monde, pré­vue en mai 2017. Le der­nier Fran­çais à avoir re­çu un tel hon­neur était l’aca­dé­mi­cien Jean Clair en 1995. L’élé­gante de­vra sé­lec­tion­ner les pro­jets, dia­lo­guer avec les spon­sors, as­su­rer la mé­dia­ti­sa­tion de l’évé­ne­ment. « Mon mot d’ordre se­ra Vi­va Arte Vi­va », s’en­thou­siasme celle qui a mis à l’hon­neur des ar­tistes amé­ri­cains comme le sculp­teur Paul McCar­thy et la pho­to­graphe Nan Gol­din. Pour la bien­nale, elle pré­voit dé­jà une opé­ra­tion in­édite de « table ou­verte », afin de réunir créa­teurs et pu­blic au­tour d’un re­pas quo­ti­dien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.