Pa­tri­cia

Vanity Fair (France) - - À La Une Vanity Fair -

pré­si­dente d’ong 51 ans i le sort des en­fants at­teints de can­cer s’amé­liore pe­tit à pe­tit, c’est un peu grâce à elle. En 2010, alors cadre à la So­cié­té gé­né­rale, elle per­dait sa fille âgée d’à peine 14 ans d’une tu­meur in­cu­rable. Au­jourd’hui, à tra­vers l’as­so­cia­tion Ima­gine for Mar­go, cette an­cienne ex­pa­triée à New York s’ins­pire des mé­thodes amé­ri­caines pour le­ver des fonds des­ti­nés à la re­cherche : or­ga­ni­sa­tion de courses à pied, cam­pagne de pu­bli­ci­té avec le pho­to­graphe de mode Pe­ter Lind­bergh... En mai, elle a fi­nan­cé à hau­teur d’un mil­lion d’eu­ros un pro­to­cole de thé­ra­pies ci­blées au­près de deux cent soixante pa­tients ré­par­tis dans six pays eu­ro­péens. Un re­cord. « Je me bats, di­telle avec pas­sion, pour que les la­bo­ra­toires ne consi­dèrent plus le can­cer des en­fants comme une ma­la­die rare. » DJ 19 ans moins d’avoir pas­sé l’été dans un mo­nas­tère cis­ter­cien, vous n’avez pas pu échap­per au tube elec­tro de ce ga­min ve­nu d’Aix. Des su­pé­rettes de Crète aux dance-floors de Stock­holm, son mor­ceau This Girl, re­mix d’un titre de funk australien, est de­ve­nu numéro un des ventes dans trente pays (Royaume-Uni, Al­le­magne, Ita­lie...). Sans par­ler du clip, vi­sion­né plus de 130 mil­lions de fois sur YouTube. « C’est quand j’ai joué de­vant 17 000 per­sonnes à l’hip­po­drome de Ham­bourg que j’ai vu l’am­pleur du truc », confie le jeune DJ, Valentin Bru­nel de son vrai nom, en­core élève en ter­mi­nale en 2015. Le suc­cès lui est tom­bé des­sus alors qu’il dif­fu­sait ses créa­tions sur la pla­te­forme en ligne Sound­cloud. Da­vid Guet­ta a ado­ré et l’a em­me­né en tour­née avec lui pen­dant l’été. Mais au fait, pour­quoi Kungs ? « Ça veut dire “mon­sieur” en let­ton, j’ai trou­vé ce nom au ha­sard sur Google Tra­duc­tion. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.