« IL N’Y EN A QUE POUR TA MÈRE »

Vanity Fair (France) - - Fanfare -

1« Fi­nir en beau­té, le spec­tacle sur la mort de ma mère, avait eu un cer­tain suc­cès. Quand mon père, qui ne sait pas lire, a vu ma dé­di­cace du livre qui en est ti­ré, il a re­con­nu le pré­nom de sa femme. Il l’a re­fer­mé en me di­sant : “Il n’y en a que pour ta mère !” J’ai pen­sé qu’il fal­lait que je crée quelque chose pour lui et pour la classe ou­vrière dont je suis is­su. Mon père m’a ins­crit au foot quand j’avais 6 ans et j’y ai joué long­temps, jus­qu’à être convo­qué ado en équipe de France. Puis ma vie d’homme de théâtre m’a éloi­gné des stades. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.