LOVE

DANS « BOT­TLE RO­CKET » ( 1996)

Vanity Fair (France) - - Fanfare -

« Quel mor­ceau ! Et la scène qu’il illustre dans le film de Wes... Waouh ! Love était un groupe ex­tra­or­di­naire et son lea­der, Ar­thur Lee, un gé­nie en avance sur son temps. Avec cette scène, j’ai été conquis par Wes pour tou­jours. Quand je l’ai ren­con­tré, il ter­mi­nait le film – son pre­mier long-mé­trage. Je ne fai­sais pas ce bou­lot de­puis long­temps – j’avais dé­bu­té sur Kids de Lar­ry Clark (1995). Mon rêve en dé­mar­rant était de tra­vailler avec de grands ci­néastes. Je ne suis pas mu­si­cien moi-même, mais j’ai tou­jours été un col­lec­tion­neur. Je n’ai su­per­vi­sé la BO de Bot­tle Ro­cket qu’à un stade avan­cé de sa réa­li­sa­tion. C’est sur le film sui­vant que ma col­la­bo­ra­tion avec Wes a vrai­ment com­men­cé. On s’est mis à par­ler de la mu­sique de Rush­more (1998) quand le scé­na­rio se li­mi­tait à trois lignes sur un bout de pa­pier. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.