THE FACES

DANS « RUSH­MORE » ( 1998)

Vanity Fair (France) - - Fanfare -

« Ce qui dis­tingue ma re­la­tion avec Wes An­der­son de celles que j’en­tre­tiens avec d’autres ci­néastes, comme Todd Haynes, c’est la conti­nui­té. Avec Wes, on n’ar­rête pas de dis­cu­ter mu­sique entre les tour­nages. On est sans ar­rêt en train de col­lec­ter des mor­ceaux. La réus­site de ces re­cherches se sent quand la scène et la chan­son ne font plus qu’un. Je trouve que c’est ce qu’on a ac­com­pli avec Ooh- La- La des Faces. On ne cherche pas par­ti­cu­liè­re­ment à sor­tir des titres de l’ou­bli, à jouer les dan­dys, mais avoir pla­cé ce mor­ceau très sous- es­ti­mé à la fin de Rush­more e st u n c adeau q u’on a f ait a u m onde. D’une cer­taine ma­nière, on vou­lait que les gens se disent : “Com­ment ? Je ne connais pas cette chan­son ? Mais c’est la meilleure chan­son de tous les temps !” »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.