COL­LE­ZIONE MA­RA­MOT­TI

OEuvres très pri­vées

Vanity Fair (France) - - Vanity Fair - VIR­GI­NIE MOU­ZAT

Dif­fi­cile Reg­gio taires re­fusent de d’Émi­lie, faire de plus dont voir élé­gant pho­to­gra­phier. on parle : une à peine col­lec­tion Des et que ar­chives d’art, les pro­prié- si­tuée tex­tiles à – plus de 300 000 pièces – dont l’in­ven­taire des contri­bu­teurs com­pose le go­tha de la mode (Em­ma­nuelle Khanh, Karl La­ger­feld, Dolce & Gab­ba­na, Anne-Ma­rie Be­ret­ta, Nar­ci­so Ro­dri­guez, Mo­schi­no, Proen­za Schou­ler...). Bref, la fa­mille Ma­ra­mot­ti, fon­da­trice de MaxMa­ra et de ses dé­cli­nai­sons (SportMax, etc.), sait don­ner des le­çons de dis­cré­tion et d’al­lure. Sans for­cer, sans le vou­loir. À l’oc­ca­sion du dé­fi­lé croi­sière 2019, Lui­gi Ma­ra­mot­ti fait vi­si­ter la col­le­zione Ma­ra­mot­ti : des cen­taines d’oeuvres fon­da­men­tales de l’art mo­derne ita­lien, dont deux cents ex­po­sées de fa­çon per­ma­nente. Le bâ­ti­ment de briques et de bé­ton, com­man­dé en 1957 aux ar­chi­tectes Pas­to­ri­ni et Sal­va­ra­ni par le fon­da­teur de la marque Achille Ma­ra­mot­ti, énon­çait dé­jà une avant-garde. Les ma­chines à coudre et les éta­blis ont lais­sé leurs em­preintes au sol dans les salles dé­sor­mais vouées à l’art mo­derne, preuve du na­tu­rel avec le­quel la fa­mille, les af­faires et le goût du beau sont de­ve­nus ici in­ex­tri­cables. Le glis­se­ment de sens du mot Col­le­zione ajoute en­core à l’idée. Pho­to­gra­phié de­vant l’oeuvre de Mark Man­ders ( Large Fi­gure with Book and Fake Dic­tio­na­ries, 2009), le man­ne­quin porte un man­teau des­si­né par Anne-Ma­rie Be­ret­ta pour la sai­son au­tomne-hi­ver 1986 sur une robe plis­sée (croi­sière 2019) ins­pi­rée de l’oeuvre — de 1968, Tor­sione de X, de Gio­van­ni An­sel­mo.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.