Ta­tia­na de Ros­nay écrit sa amme à Ta­ma­ra de Lem­pi­cka.

Vanity Fair (France) - - Sommaire -

hère Ta­ma­ra, On peut se tu­toyer ? D’après ce que je sais, ça ne de­vait pas trop t’of­fus­quer, qu’on te tu­toie. À vrai dire, ça de­vait même te plaire. Lorsque j’an­nonce que je viens de ter­mi­ner un livre sur toi, une fois sur deux, on me dit : « Ah oui, Lem­pi­cka, le par­fum ? » Tu au­rais dé­tes­té, évi­dem­ment. Car il n’y a qu’une Lem­pi­cka. Une seule. Toi. Mais ceux qui connaissent ton tra­vail ne t’ont pas ou­bliée. Ce­la te console, d’être in­ou­bliable.

Pour écrire ce livre, j’ai par­lé à ta pe­tite-fille, Vic­to­ria, et à tes ar­rière-pe­tites- filles, Ma­ri­sa et Cris­ti­na Do­por­to. Elles prennent ta dé­fense, lorsque j’évoque ton égo­cen­trisme, ta va­ni­té. Tu n’avais pas le choix, se­lon elles. Tu étais ar­ri­vée à Pa­ris avec presque rien. Tu as tout cons­truit, seule. J’en­tends la fier­té dans leurs voix. Tu as été la pre­mière de ta gé­né­ra­tion à de­ve­nir une self- made wo­man, à im­po­ser ton propre mar­ke­ting, à contrô­ler ton image. Cris­ti­na m’ap­prend que tes ta­bleaux se vendent au­jourd’hui à 10 mil­lions de dol­lars. Tu au­rais tant ai­mé cette consé­cra­tion. Elle me fait re­mar­quer qu’elle des­cend d’une li­gnée de femmes, en­tou­rée par des femmes. Toi, tu as gran­di avec ta grand-mère ado­rée, tes tantes, ta mère, ta soeur. Plus tard, tu as eu ta fille Ki­zette. Ce­la s’est

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.