Un homme poi­gnar­dé dans son stu­dio à La Seyne

La po­lice ju­di­ciaire de Tou­lon a été sai­sie après la dé­cou­verte, hier, du corps d’un jeune homme mor­tel­le­ment bles­sé à l’arme blanche. La po­lice n’a pro­cé­dé à au­cune in­ter­pel­la­tion

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Var - MA. D. ET É. M.

Il était en­vi­ron 13 heures, hier, quand la po­lice a dé­cou­vert un corps sans vie à l’in­té­rieur d’un ap­par­te­ment des Ter­rasses de Ta­ma­ris, une ré­si­dence des hau­teurs de Ta­ma­ris à La Seyne. Dans ce quar­tier ha­bi­tuel­le­ment très calme, un homme a re­çu plu­sieurs coups de cou­teaux dans des cir­cons­tances qui res­tent mys­té­rieuses. Se­lon une source ju­di­ciaire, c’est un voi­sin, aler­té par une trace de sang de­vant la porte d’en­trée du stu­dio de la vic­time, qui a aver­ti les se­cours. Les pom­piers n’ont rien pu faire pour le mal­heu­reux, âgé d’une ving­taine d’an­nées.

Le par­quet reste «pru­dent»

Il s’agit vrai­sem­bla­ble­ment d’un meurtre, même si la jus­tice n’écar­tait pas la thèse du sui­cide hier soir. «Il faut res­ter pru­dent», tem­po­ri­sait le par­quet de Tou­lon, sus­pen­du aux conclu­sions d’un mé­de­cin lé­giste. Les pre­mières consta­ta­tions fe­raient ce­pen­dant pri­vi­lé­gier l’hy­po­thèse cri­mi­nelle. Si elle se confir­mait, le ou les au­teurs sont alors tou­jours en fuite. Plus d’une di­zaine de po­li­ciers, dont les li­miers de la po­lice ju­di­ciaire de Tou­lon – ra­pi­de­ment sai­sie de l’af­faire – et les tech­ni­ciens de l’iden­ti­té ju­di­ciaire de Mar­seille, se sont ren­dus sur place.

« Au­cune garde àvue»

Des ou­vriers du bâ­ti­ment d’ori­gine po­lo­naise, pré­sents lors la ma­cabre dé­cou­verte, de­vaient être en­ten­dus comme té­moins dans l’après-mi­di à l’hô­tel de po­lice de Tou­lon. «Il n’y a au­cune garde à vue», a in­di­qué Ber­nard Mar­chal, pro­cu­reur de la Ré­pu­blique. Et si un homme a bien été in­ter­pel­lé dans le lo­tis­se­ment à l’ar­ri­vée des forces de l’ordre, il semble, d’après nos in­for­ma­tions, qu’il s’agisse en réa­li­té d’une ar­res­ta­tion d’op­por­tu­ni­té et d’une tout autre af­faire… de stu­pé­fiants cette fois !

(Photo Do­mi­nique Le­riche)

C’est dans une ré­si­dence fer­mée de Ta­ma­ris qu’a été faite la ma­cabre dé­cou­verte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.