« L’in­verse de l’as­sis­ta­nat »

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Var -

«L’école de la deuxième chance, ce n’est pas une po­li­tique d’as­sis­ta­nat. C’est même fon­da­men­ta­le­ment l’in­verse. » Le pré­fet du Var, JeanLuc Vi­de­laine, a van­té un par­cours d’insertion qui fait ses dé­buts dans le Var. Il y a 19 ans, la pre­mière école de la deuxième chance d’Eu­rope ou­vrait à Mar­seille – et es­suyait les plâtres. Entre-temps, qua­ran­te­cinq se sont mon­tées en France. Presque deux dé­cen­nies plus tard, une deuxième école de la deuxième chance (E2C) voit le jour dans la ré­gion Pa­ca. En­fin. Et c’est le Var qui re­prend le flam­beau, et même en met­tant le tur­bo. « C’est un re­cord en terme de vé­lo­ci­té de créa­tion d’une école de la deuxième chance», a loué Gilles Ber­trand, di­rec­teur de E2C Mar­seille, et vice-pré­sident na­tio­nal du ré­seau. «Il est for­mi­dable de voir tous les ac­teurs jouer le jeu, avec énor­mé­ment de dé­ter­mi­na­tion et de pro­fes­sion­na­lisme. »

Col­la­bo­ra­teurs com­pé­tents

L’E2C du Var a la par­ti­cu­la­ri­té d’avoir un sou­tien en ligne di­recte du monde de l’en­tre­prise. « C’est une chance pour le Var, une dé­marche in­no­vante et po­si­tive » ,re­lève Gé­rard Cer­ru­ti, le pré­sident de l’Union pa­tro­nale du Var (UPV). L’UPV est le sup­port de cette école, ce qui est unique. La chambre de com­merce du Var, or­gane de for­ma­tion a dit com­bien il était « na­tu­rel de s’as­so­cier à l’ini­tia­tive ». Pour son pré­sident, Jacques Bian­chi, « l’en­jeu n’est pas seule­ment de créer des em­plois, mais aus­si d’avoir des postes pour­vus dans les en­tre­prises. Nous avons be­soin de col­la­bo­ra­teurs com­pé­tents et for­més ». Du cô­té des élus, le sé­na­teur-maire Hu­bert Fal­co, fi­dèle à son ha­bi­tude, a « sa­lué le pack va­rois » qui avance quand «l’équipe est so­li­daire ». Re­pré­sen­tant le conseil ré­gio­nal, Yan­nick Che­ne­vard a sou­li­gné «l’es­poir» qui re­pose sur les «59 % de re­prises d’études ou de ré­in­ser­tion » des sta­giaires en sor­tant de l’école de la deuxième chance. L’E2C du Var pèse un mil­lion d’eu­ros pour l’an­née 2017. La di­rec­trice va­roise, Au­drey Pa­la­ma, sait que ces jeunes sor­tis du sys­tème sco­laire « n’en ont pas moins des qua­li­tés. Pa­ri ga­gnable».

Salle pleine en pré­fec­ture du Var, hier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.