La­porte en pre­mière ligne

Le jeune Va­rois at­taque de­main le mois le plus im­por­tant de sa sai­son avec les clas­siques flan­driennes, où il par­ti­ra dans le cos­tume de co-lea­der chez Co­fi­dis

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Sports - ROMAIN LARONCHE

De­main com­mence sa pé­riode pré­fé­rée. Ch­ris­tophe La­porte, le na­tif de La Seyne-sur-Mer, a tou­jours pré­fé­ré la gri­saille du Nord de la France et de la Bel­gique à la cha­leur de chez lui. Il faut dire aus­si que les flan­driennes collent par­fai­te­ment aux ca­rac­té­ris­tiques de ce cou­reur puis­sant, grand et cos­taud (1m89, 76 kg). Sa cam­pagne de 2016 (16e à A Tra­vers la Flandre, 20e et deuxième Fran­çais à Pa­risRou­baix) lui a per­mis de ga­gner des ga­lons chez Co­fi­dis. Cette sai­son, il par­ti­ra dans le cos­tume du co-lea­der, avec le Belge Di­mi­tri Claeys, re­cru­té en ce sens, et le Nor­diste Flo­rian Se­ne­chal. « On n’a pas de gros lea­der, donc on se­ra des out­si­ders, mais on vien­dra pour faire la course », glis­sait le Ga­réoul­tais de 24 ans, après un Mi­lan-San­re­mo pro­met­teur et bou­clé à la 30e place avec tous les meilleurs sprin­ters. Pen­dant quelques se­maines, le Va­rois va donc quit­ter sa tâche de pois­son-pi­lote de Na­cer Bou­han­ni pour en­dos­ser celle de cou­reur pro­té­gé. Une mis­sion à la­quelle il a dé­jà été ha­bi­tué, no­tam­ment sur le Tour de France, après l’aban­don (2015) ou le for­fait (2016) du Vos­gien et qu’il avait rem­plie par­fai­te­ment, en­chaî­nant les places d’hon­neur (2 fois 5e sur les étapes).

San­quer : « Il a da­van­tage confiance »

Cou­reur calme mais té­mé­raire, ca­pable de frot­ter mais aus­si de pas­ser des bosses, ce­lui qui vit sa qua­trième sai­son chez les pros a le pro­fil pour réa­li­ser une belle cam­pagne. Yvon San­quer, son ma­na­ger qui l’avait re­pé­ré chez les ama­teurs, y croit fer­me­ment. « Il passe bien les monts, les pa­vés aus­si, et il a une bonne pointe de vi­tesse, un atout non né­gli­geable. C’est un cou­reur com­plet pour les flan­driennes. Il est en bonne condi­tion, ce qu’il a fait à Mi­lanSan­re­mo le prouve. Main­te­nant, il lui reste à les ap­pri­voi­ser et il lui fau­dra aus­si un peu de réus­site ». Ve­nu du VTT, pas­sé pro après seule­ment cinq ans sur la route, l’an­cien cou­reur du Vé­lo sport hyé­rois n’a pas l’ha­bi­tude de perdre son temps. En quelques mois, il avait char­mé Na­cer Bou­han­ni, qui en a fait son pois­son-pi­lote, sé­duit par son tem­pé­ra­ment : «Il­nese laisse pas im­pres­sion­ner par les autres cou­reurs et donne tout sur le vé­lo », ex­pli­quait le sprin­ter dans nos co­lonnes avant sa pre­mière Grande Boucle. Près de deux ans plus tard, La­porte a en­core pris de la bou­teille. « Il pro­gresse, il est plus ma­ture et a da­van­tage confiance », re­prend Yvon San­quer. Tous les si­gnaux semblent au vert. Re­trou­ver le Ga­réoul­tais à l’avant de la course sur ces terres d’ha­bi­tude hos­tiles aux Mé­di­ter­ra­néens se­rait tout sauf une sur­prise. Mais ne comp­tez pas sur lui pour jouer les pro­nos­ti­queurs. « Je signe pour au­cun ré­sul­tat, uni­que­ment pour ceux que je vais faire. La seule chose que je peux dire, c’est que je don­ne­rai le maxi­mum pour avoir le meilleur ré­sul­tat pos­sible ». Un dis­cours me­su­ré mais aus­si am­bi­tieux, qui re­flète par­fai­te­ment le per­son­nage.

(Photo MaxPPP)

Ch­ris­tophe La­porte de­vrait faire par­ler de lui pen­dant un mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.