Quel ave­nir pour le Stade Fran­çais ?

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Sports -

Dé­pôt de bi­lan, vente ou sta­tu quo, avec un bud­get ré­duit ? Après l’aban­don du pro­jet de fu­sion avec le Ra­cing , l’ave­nir du Stade Fran­çais de­meure ex­trê­me­ment in­cer­tain, à un peu plus de deux mois de la fin de sai­son à l’is­sue de la­quelle son pro­prié­taire pour­rait par­tir.

Un club sous per­fu­sion

Le ro­cam­bo­lesque épi­sode de la fu­sion a au moins eu le mé­rite de mettre en lu­mière la fra­gi­li­té du club, cham­pion de France à qua­torze re­prises, la der­nière fois en 2015. Le pré­sident Tho­mas Sa­vare, qui l’a sau­vé de la faillite à l’été 2011 avec sa fa­mille et a de­puis in­ves­ti se­lon les sources entre 30 et 40 mil­lions d’eu­ros, ne cesse de­puis d’épon­ger les dettes. Il n’a pas réus­si à trou­ver un mo­dèle éco­no­mique viable, sur fond d’in­fla­tion de la masse sa­la­riale et de baisse des af­fluences. Las­sé, il sou­haite vendre le club mais avait in­di­qué ven­dre­di n’avoir « pas ren­con­tré de re­pre­neur cré­dible dans les six der­nières an­nées, donc pas re­fu­sé d’offre ». D’où le pro­jet de fu­sion avec le ri­val fran­ci­lien du Ra­cing 92, seul moyen se­lon lui d’as­su­rer la pé­ren­ni­té du rug­by pro­fes­sion­nel à Pa­ris.

Pro­jet al­ter­na­tif ?

Ce ma­riage aban­don­né, que va dé­ci­der Sa­vare? Il a in­di­qué di­manche qu’il res­te­rait « jus­qu’à la fin de la sai­son » à la tête du club, qui de­vra pré­sen­ter entre le 1er et le 15 juin à la DNACG, le gen­darme fi­nan­cier du rug­by pro­fes­sion­nel, des comptes équi­li­brés pour 2017-2018. Sous peine éven­tuel­le­ment d’être ré­tro­gra­dé d’une di­vi­sion la sai­son pro­chaine. L’homme d’af­faires s’est aus­si mon­tré sou­cieux de l’ave­nir du per­son­nel ad­mi­nis­tra­tif : « Le club, ce n’est pas que les 45 joueurs. C’est aus­si cin­quante sa­la­riés qui vivent de la struc­ture pro. » Et hier, dans un en­tre­tien sur le site In­ter­net du Pa­ri­sien, il a ré­pon­du à la ques­tion « Pou­vez-vous évi­ter dé­sor­mais le dé­pôt de bi­lan ? » « J’ai pré­sen­té un pro­jet al­ter­na­tif cet hi­ver, avec un bud­get ré­duit, plus de jeunes, de la for­ma­tion. Je n’ai pas été sui­vi. Les sup­por­teurs étaient in­quiets, les mé­dias cri­tiques, des joueurs se sont in­ter­ro­gés... »

Ber­nard La­porte cherche un re­pre­neur

En at­ten­dant, ce­la s’ac­tive en cou­lisses pour trou­ver un re­pre­neur alors que Sa­vare a af­fir­mé que Qa­tar Sports In­vest­ments (QSI), pro­prié­taire du PSG foot­ball et hand­ball, ne s’était ja­mais mon­tré in­té­res­sé. D’après cer­taines sources, Ber­nard La­porte, ac­tuel pré­sident de la Fé­dé­ra­tion et an­cien en­traî­neur du Stade Fran­çais, se­rait à la pointe dans ce dos­sier de re­prise, comme en 2011 lors du ro­cam­bo­lesque épi­sode de la FACEM. « Tout le monde bouge. Cet épi­sode au­ra au moins eu le mé­rite d’une chose : avant, on n’était pas sûr que Sa­vare veuille vrai­ment vendre, au­jourd’hui au moins c’est beau­coup plus clair et net » a ex­pli­qué une source proche du club.

(Photo AFP)

Le temps du sacre en  pa­raît bien loin...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.