His­sez haut, voi­là Se­tia­no!

De­puis ses pre­miers pas en Top 14 la sai­son pas­sée, Eme­rick Se­tia­no (21 ans) n’a plus quit­té le groupe pro. Le pro­met­teur pi­lier droit tisse sa toile chez les grands

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Sports - AU­RÉ­LIEN RUESTERHOLZ

I l est le pi­lier tou­lon­nais qui monte, qui monte... Ar­ri­vé en 2014 au centre de for­ma­tion du RCT en pro­ve­nance d’An­gers, Eme­rick Se­tia­no cu­mule 120 mi­nutes sur les prés cette sai­son. Une juste ré­com­pense pour ce dur au mal qui ne donne ja­mais sa part au chien. Tra­vailleur et sé­rieux, l’in­té­res­sé se confie avec une cer­taine ré­serve. «Je ne m’y at­ten­dais pas vrai­ment, c’est co­ol d’avoir du temps de jeu. » Des mi­nutes qu’il ap­pri­voise et ren­ta­bi­lise au maxi­mum. Fi­na­le­ment, est-ce une vé­ri­table sur­prise de le re­trou­ver là ? « Une sur­prise, non. Je tra­vaille pour. Mais je ne pen­sais pas en­chaî­ner après Pau (1re jour­née) et ren­trer sur de gros matches (comme face au Stade Fran­çais ou au Stade Tou­lou­sain). » Avec à la clé une ti­tu­la­ri­sa­tion (mal­heu­reuse) face à l’Union Bor­deaux-Bègles (le 7 oc­tobre). Tou­ché, le mi­not a dû lais­ser les siens dès la 11e mi­nute de jeu. «Je n’ai pas pu m’en­traî­ner pen­dant une se­maine. For­cé­ment, ça

(la re­prise, Ndlr) a pi­qué un peu. » Absent des feuilles de match de­puis, il a ef­fec­tué son re­tour sa­me­di der­nier à Mayol face à Brive (41-24).

Et main­te­nant les Bar­ba­rians

Du temps de jeu, il de­vrait en avoir avec la pro­chaine sé­lec­tion de Chi­la­cha­va avec la Géor­gie. « C’est une pe­tite porte qui s’ouvre, avoue-t-il hum­ble­ment. Je vais es­sayer d’en pro­fi­ter. » Il pour­ra ain­si confir­mer son bon dé­but de sai­son, qui n’a d’ailleurs pas lais­sé in­sen­sible les Bar­ba­rians fran­çais, avec qui il pour­rait ho­no­rer sa pre­mière cape face aux Mao­ris All-Blacks le 10 no­vembre pro­chain à Bor­deaux. « Je suis content, sou­riait-il dans les tra­vées de Mayol à l’is­sue de la ren­contre face à Brive. C’est un hon­neur et une ré­com­pense. » Sur­tout que pour le coup, cette convo­ca­tion, il ne s’y at­ten­dait pas. Quand on lui de­man­dait en dé­but de se­maine der­nière s’il avait les Bleus dans un coin de la tête, sur­tout en voyant les co­pains An­tho­ny Bel­leau et Swan Reb­badj s’en rap­pro­cher for­te­ment, le pi­lier va­rois avouait qu’il ne se « pose pas la ques­tion pour l’ins­tant. Je ne suis pas en­core à leur ni­veau. Ils ont confir­mé. Sur ma seule ti­tu­la­ri­sa­tion, je me suis bles­sé... Quand je les vois, j’ai en­vie d’être à leur ni­veau. » Pe­tit à pe­tit, l’ori­gi­naire de Wal­lis et Fu­tu­na em­ma­ga­sine de l’ex­pé­rience, en club mais aus­si en sé­lec­tion. Il a no­tam­ment dis­pu­té la Coupe du monde U20 en juin 2016 et le Tour­noi des Six Na­tions U20 2016. Fa­bien Gal­thié lui fait confiance. Le RCT a peut-être trou­vé son pi­lier du fu­tur. Humble, sur la pente as­cen­dante, ap­pli­qué, Eme­rick a trou­vé la bonne car­bu­ra­tion pour s’im­po­ser chez les Rouge et Noir.

(Pho­tos Luc Bou­tria et Do­mi­nique Le­riche)

Tout sou­rire, Eme­rick Se­tia­no s’éclate cette sai­son et amasse beau­coup d’ex­pé­rience pour l’ave­nir.

Le doc­teur De­mo­ry, aux pe­tits soins.

La ren­contre face à Brive a lais­sé des traces.

La jeu­nesse tou­lon­naise en force, avec Bas­tien Sou­ry (à droite) et An­tho­ny Bel­leau (en fond).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.