La phrase

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Sports - FRAN­ÇOIS MA­ZET

“Bien

sûr, la re­nais­sance du Grand Prix de France ici me comble de joie. Nul doute que ce come-back gé­né­re­ra au­tant d’en­thou­siasme, de fer­veur, de pas­sion que la pre­mière édi­tion au Cas­tel­let dont je garde un sou­ve­nir in­dé­lé­bile. Qua­rante-cinq ans plus tard, OK, le cir­cuit Paul-Ri­card n’est tou­jours pas des­ser­vi di­rec­te­ment par une au­to­route. Mais peu im­porte : croyez-moi, pour quit­ter les lieux après la course, il ne fau­dra pas poi­reau­ter trois plombes en sla­lo­mant entre les bouses de vaches comme à Ma­gny-Cours !”

Cham­pion de France de F3 en 1969, le Men­ton­nais était l’un des cinq porte-dra­peaux tri­co­lores pré­sents sur la grille de dé­part du pre­mier GP de France dis­pu­té au Cas­tel­let, le 4 juillet 1971. Trei­zième au vo­lant d’une March, ce fut sa seule course en F1.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.