Adieu, cher ha­sard...

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Détente - Le billet de Phi­lippe Bou­vard

Dom­mage que les uni­ver­si­tés en re­viennent à la sé­lec­tion car le ti­rage au sort était da­van­tage ga­rant de l’éga­li­té des chances tant sou­hai­tée par la ma­jo­ri­té des cancres ! D’ailleurs, la mé­thode n’avait-elle pas fait ses preuves entre  et  lors­qu’à la di­li­gence des maires, une main in­no­cente se char­geait de choi­sir « les mau­vais nu­mé­ros ». C’est-à-dire en lais­sant au seul ha­sard la res­pon­sa­bi­li­té de dé­si­gner par­mi les conscrits ceux qui de­vraient ef­fec­tuer pen­dant cinq ans leur ser­vice mi­li­taire. Dom­mage éga­le­ment que la pos­si­bi­li­té des jeunes nan­tis de se louer un rem­pla­çant n’ait pas été re­prise par la so­cié­té ci­vile ! Le re­tour de la sé­lec­tion avec ses in­jus­tices et sur­tout sa vo­ca­tion à en­cou­ra­ger les forts en thème au lieu de ve­nir au se­cours des faibles en ver­sion va conti­nuer à pri­vi­lé­gier les brillants su­jets au risque de gâ­cher com­plè­te­ment l’exis­tence des autres. Nul doute que le ti­rage au sort des pré­fets, des sous-pré­fets, des tré­so­riers-payeurs gé­né­raux ain­si que des di­rec­teurs d’ad­mi­nis­tra­tion cen­trale au­rait par­ache­vé le ca­rac­tère lu­dique d’une dé­mo­cra­tie où, compte te­nu des in­com­pé­tences des ins­ti­tuts de son­dage, les bul­le­tins de vote font dé­jà fi­gure de po­chettes-sur­prises. Sans par­ler des ren­contres amou­reuses, des ma­riages et de la pro­créa­tion qui obéissent à peu de règles et se passent le plus sou­vent d’or­ga­ni­sa­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.