Pol­lu­tion : ré­ap­pa­ri­tion de bou­lettes sur le lit­to­ral

Avec un lun­di tem­pé­tueux, des traces d’hy­dro­car­bures sont vi­sibles sur les ri­vages du de St-Tro­pez : pas de nou­velles plaques de fioul, mais le phé­no­mène de ‘’re­mo­bi­li­sa­tion’’

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Var - N. SA.

Un ri­vage, en­core et tou­jours souillé. S’il fau­dra du temps pour re­don­ner son lustre au lit­to­ral du Golfe de SaintT­ro­pez, par­ti­cu­liè­re­ment tou­ché par cette pol­lu­tion, les condi­tions mé­téo­ro­lo­giques dé­sas­treuses sur­ve­nues ce lun­di, n’ont pas ar­ran­gé les choses. De­puis lun­di soir, de nou­veaux amas noirs ont été ob­ser­vés sur plu­sieurs sites du pour­tour du Golfe. Une si­tua­tion qu’ex­plique clai­re­ment la so­cié­té Le Floch Dé­pol­lu­tion, sur le ter­rain pour me­ner à bien les opé­ra­tions de dé­con­ta­mi­na­tion. Dans le lan­gage des pro­fes­sion­nels, il s’agit d’un phé­no­mène de ‘‘re­mo­bi­li­sa­tion’’. En clair, il n’y a pas de nou­velle pol­lu­tion : sauf qu’avec les coups de mer, cer­taines bou­lettes sont re­par­ties à la mer. « Soit, elles se re­dé­posent au même en­droit », soit le cou­rant les char­rie sur un autre site. Ain­si, à La Croix-Val­mer, la Ville a en­re­gis­tré dès mar­di ma­tin cet évé­ne­ment. Le pre­mier ad­joint, Re­né Ca­ran­dante l’a re­mar­qué : « des bou­lettes se sont dé­ta­chées des ro­chers pour re­ve­nir à nou­veau sur la plage de la Briande, que l’on avait net­toyée. Même constat au Brouis et lé­gè­re­ment à Gi­ga­ro avec des traces éparses ».

Ca­len­drier éta­bli

Lors d’une réunion avec la so­cié­té de dé­pol­lu­tion Le Floch, au QG à Ra­ma­tuelle, l’élu croi­sien a été ras­su­ré par les dé­tails four­nis sur le ca­len­drier et les pro­cé­dés d’in­ter­ven­tion. «À nous de bien com­mu­ni­quer au­près de la po­pu­la­tion pour cal­mer les in­quié­tudes. » Hier aus­si, à Pam­pe­lonne, 120 opé­ra­teurs étaient mo­bi­li­sés bd Patch. Un tra­vail mi­nu­tieux à la re­cherche des ga­lettes et bou­lettes, mê­lées au sable et po­si­do­nies.

Gri­maud : plages très tou­chées

À Gri­maud, lors de la sur­veillance réa­li­sée ce mar­di, ont été dé­tec­tées de nom­breuses traces de conta­mi­na­tion par hy­dro­car­bures « sur toutes les plages. La pol­lu­tion a im­mé­dia­te­ment été si­gna­lée à l’en­tre­prise man­da­tée par les com­pa­gnies d’as­su­rances », com­mente le ca­bi­net du maire. Des ga­lettes beau­coup plus im­po­santes que lors du pre­mier épi­sode de pol­lu­tion. Dans ce contexte, «la com­mune a été au­to­ri­sée ex­cep­tion­nel­le­ment à in­ter­ve­nir de nou­veau.» L’ac­cès à toutes les plages de la com­mune reste in­ter­dit ain­si que la bai­gnade. Mal­heu­reu­se­ment, tout ce dis­po­si­tif d’in­ter­ven­tion, bien rô­dé dé­sor­mais, est tri­bu­taire des aléas climatiques. Ce mer­cre­di, le vent d’Est se lè­ve­ra sous l’in­fluence d’une dé­pres­sion : la pro­messe de vio­lents coups de mer sur le pour­tour du Golfe.

(Pho­tos V.-M.)

Une ar­mée blanche --  opé­ra­teurs -- est à pied d’oeuvre ( hier à Pam­pe­lonne) afin de re­don­ner son lustre au sable d’or du Golfe de Saint-Tro­pez. Le nombre d’in­ter­ve­nants pour­rait grim­per à  dans les pro­chains jours.

Ci-des­sus : sur la plage du Gros-Pin à Gri­maud, les cannes de Pro­vence servent à si­gna­ler la pré­sence de plaques d’hy­dro­car­bures.

(Pho­tos N. S.)

Ci-contre : de­vant le QG des opé­ra­tions, le poste de se­cours de Patch, les sacs conta­mi­nés s’am­mon­cellent après un tra­vail mi­ni­tieux des opé­ra­teurs, ex­trê­me­ment pro­té­gés afin d’ef­fec­tuer cette tâche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.