La par­ti­ci­pa­tion ci­toyenne à la sé­cu­ri­té voit le jour

Ce dis­po­si­tif, qui rem­place ce­lui des « voi­sins vi­gi­lants », ain­si qu’une nou­velle si­gna­lé­tique, en­tre­ront en vi­gueur d’ici la pro­chaine sai­son es­ti­vale

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - Est-Var -

En 2011, la com­mune avait in­té­gré le dis­po­si­tif « voi­sins vi­gi­lants » et on a vu fleu­rir sur l’en­semble du ter­ri­toire une si­gna­lé­tique in­di­quant son adhé­sion à cette as­so­cia­tion. Or, en 2014, cette der­nière s’est trans­for­mée en en­tre­prise com­mer­ciale et la par­ti­ci­pa­tion au dis­po­si­tif est de­ve­nue payante pour les col­lec­ti­vi­tés.

Aler­ter les forces de l’ordre

Entre-temps, une al­ter­na­tive s’est pré­sen­tée avec la mise en place d’un dis­po­si­tif si­mi­laire, sous l’égide de l’État via les pré­fets, des pro­cu­reurs de la Ré­pu­blique et de la gen­dar­me­rie na­tio­nale, ap­pe­lé « dis­po­si­tif de par­ti­ci­pa­tion ci­toyenne à la sé­cu­ri­té ». Ce­lui-ci de­vrait ac­croître l’efficacité de la pré­ven­tion de proxi­mi­té en ren­for­çant la com­plé­men­ta­ri­té entre la gen­dar­me­rie et la po­lice mu­ni­ci­pale. Il as­so­cie­ra aus­si étroi­te­ment les ha­bi­tants à la pro­tec­tion de leur en­vi­ron­ne­ment, no­tam­ment des faits de cam­brio­lages dont la com­mune, comme ses voi­sines, a été ré­cem­ment frap­pée. Le pré­fet du Var, le pro­cu- reur de la Ré­pu­blique de Dra­gui- gnan, le maire et le com­man­dant du grou­pe­ment de gen­dar­me­rie du Var ont ain­si si­gné une con- ven­tion pré­ci­sant les mo­da­li­tés opé­ra­tion­nelles de mise en oeuvre du nou­veau dis­po­si­tif sur la com- mune pour une du­rée de deux ans. Con­crè­te­ment, sur le ter­rain, ce­lui-ci re­pose sur le fait que la po­pu­la­tion connaît bien son ter­ri­toire et est la mieux pla­cée pour y dé­ce­ler des phé­no­mènes de dé­lin­quance sus­cep­tibles de s’y pro­duire. En créant une chaîne de so­li­da­ri­té entre voi­sins, les ha­bi­tants d’une même rue, d’un même quar­tier, pour­ront aler­ter la gen­dar­me­rie de tout évé­ne­ment ou fait sus­cep­tibles de trou­bler la sé­cu­ri­té des per­sonnes et de leurs biens.

Des réunions d’in­for­ma­tion

Mais ce dis­po­si­tif n’a pas vo­ca­tion à se sub­sti­tuer à l’ac­tion des gen­darmes et ex­clut évi­dem­ment l’or­ga­ni­sa­tion de toute pa­trouille ou d’in­ter­ven­tion des par­ti­cu­liers. Les ré­si­dents, par­ties pre­nantes de cette « par­ti­ci­pa­tion ci­toyenne » ont été sen­si­bi­li­sés et in­for­més au cours de réunions pu­bliques or­ga­ni­sées par le maire et le com­man­dant de la bri­gade ter­ri­to­riale de Fré­jus, sur la marche à suivre en cas de faits pou­vant per­tur­ber la vie de leur quar­tier. Des co­or­di­na­teurs ont été dé­si­gnés par quar­tier et leur liste est dis­po­nible à la po­lice mu­ni­ci­pale (04.98.11.36.80). Sauf en cas d’ur­gence ab­so­lue où ils de­vront ap­pe­ler di­rec­te­ment la gen­dar­me­rie par le nu­mé­ro 17, ils s’adres­se­ront au co­or­di­na­teur de leur quar­tier. La mise en place de ce nou­veau dis­po­si­tif (et de sa si­gna­lé­tique) de­vrait être ef­fec­tive pour l’été pro­chain.

(Pho­to D. O.)

Les re­pré­sen­tants des forces de l’ordre lo­cales lors d’une réunion d’in­for­ma­tion pour la po­pu­la­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.