PLUIE DE CA­TAS­TROPHES

Les trombes d’eau qui se sont abat­tues dans la nuit de mer­cre­di à jeu­di sur l’Est-Var, à Sainte-Maxime et à Ro­que­brune no­tam­ment, ont pro­vo­qué d’énormes dé­gâts. Le Pré­co­nil, le Bouillon­net et la Ga­ron­nette sont sor­tis de leur lit. Des vé­hi­cules ont été em

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - FLO­RIAN DALMASSO fdal­mas­so@ni­ce­ma­tin.fr

Dé­chaî­née. De­puis mer­cre­di après-mi­di, la na­ture se re­belle, em­por­tant tout sur son pas­sage. D’abord par un violent épi­sode pluvieux, gor­geant en un temps re­cord les ruelles de SaintT­ro­pez… avant de s’abattre sur Sainte-Maxime en dé­but de soi­rée. Dé­jà tou­chés lun­di par de fortes pré­ci­pi­ta­tions, les Maxi­mois se sou­vien­dront long­temps de cette nuit du mer­cre­di 10 oc­tobre. Si comme sou­vent, les bi­lans ma­té­riels ne peuvent qu’être consta­tés, cette fois­ci, s’ajoute un bi­lan hu­main. Deux per­sonnes ont per­du la vie, prises au piège dans leur voi­ture. Une des vic­times, Fran­çoise Bar­bé, âgée de 57 ans, était une élue de la com­mune de Gar­danne (Bouches-duR­hône). Des re­cherches jus­qu’à h

La si­tua­tion, dé­jà com­plexe, s’est for­te­ment dé­gra­dée mer­cre­di soir, aux alen­tours de 23 heures. Cinq voi­tures sont si­gna­lées par les sa­peurs-pom­piers comme « em­bar­quées par les eaux vers la mer» .La tragédie, elle, se joue au bout de Sainte-Maxime, à la fron­tière avec Les Is­sambres. Du cô­té du cours d’eau de la Ga­ron­nette. Par­mi les té­moins de cette scène, cer­tains as­surent avoir aper­çu une voi­ture, phares al­lu­més, se faire ab­sor­ber par la mon­tée des eaux. Avec, à l’in­té­rieur, au moins une per­sonne. Dé­jà en alerte, les se­cours mo­bi­lisent de lourds moyens. Deux hé­li­co­ptères, des em­bar­ca­tions de la SNSM du Golfe de Saint-Tro­pez, ap­puyés par une na­vette de la gen­dar­me­rie. Pierre-Yves Ba­rasc, le pré­sident de la sta­tion de la SNSM, ra­conte: «On a mis une an­nexe à l’eau avec trois sau­ve­teurs: deux na­geurs ont son­dé le bord du lit­to­ral, car il y avait un cou­rant contraire qui ra­me­nait vers le ri­vage. Il y avait de la houle, mais l’eau était trop boueuse pour aper­ce­voir quelque chose, mal­gré

les pro­jec­teurs. On n’a pas re­trou­vé le vé­hi­cule. » À 2h30, le manque de clar­té et l’eau boueuse obligent les se­cours à dif­fé­rer leur in­ter­ven­tion. Au­cun signe de vie. Il fau­dra at­tendre le le­ver du jour.

Une deuxième vic­time

Sur place, alors que le ciel s’éclair­cit, gen­darmes et pom­piers re­prennent leur poste. Sur les coups de 9 h, deux sau­ve­teurs, com­bi­nai­sons sur le corps, bou­teilles d’oxy­gène sur le dos, se mettent à l’eau. Après une bonne di­zaine de mi­nutes pas­sées à ob­ser­ver la voi­ture, l’un d’eux re­vient sur la plage. La voi­ture est bien oc­cu­pée. Sur le mo­ment, pas d’in­for­ma­tion of­fi­cielle. Se mur­mure alors le dé­cès d’un homme, dans son vé­hi­cule. Il fau­dra at­tendre l’ar­ri­vée d’un trac­teur, aux alen­tours de 11 h, pour ex­tir­per le vé­hi­cule de l’eau. Une fois sur le sable, les forces de l’ordre confir­me­ront qu’il y avait bien deux per­sonnes dans l’ha­bi­tacle. De quoi gla­cer en­core un peu plus une am­biance d’ores et dé­jà ul­tra-ten­due le long de la Ga­ron­nette. Dans la nuit de mer­cre­di, Sainte-Maxime a été tou­chée ma­té­riel­le­ment de plein fouet dans bon nombre de ses quar­tiers. Mais du cô­té de la Ga­ron­nette, c’est un tout autre drame qui s’est noué. Un drame hu­main. Pour l’heure, l’en­quête n’a pas en­core dé­ter­mi­né com­ment ni pour­quoi le vé­hi­cule s’est re­trou­vé em­por­té par les eaux. Seule l’hor­rible conclu­sion du scé­na­rio est connue.

(Pho­tos Phi­lippe Ar­nas­san)

Pen­dant de longues mi­nutes, les plon­geurs ont pro­cé­dé à des vé­ri­fi­ca­tions sur la voi­ture des vic­times.

A la de­mande des gen­darmes, cette jeune femme est ve­nue ré­cu­pé­rer son scoo­ter em­por­té par les eaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.