Tous les cours d’eau étaient en crue

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - L’info Du Jour -

C’est un épi­sode pluvieux dra­ma­tique et par­ti­cu­liè­re­ment ex­cep­tion­nel qu’a connu mer­cre­di soir Sain­teMaxime. De fortes pluies étant an­non­cées la mu­ni­ci­pa­li­té avait mis en place, dans sa mai­rie an­nexe, une cel­lule de crise dès  h . La si­tua­tion est de­meu­rée tout à fait clas­sique jus­qu’aux alen­tours de  heures, avec des cours d’eau res­tant en des­sous du seuil d’alerte ou du seuil cri­tique. Mais sou­dain, en quelques mi­nutes, tout s’est ac­cé­lé­ré, le ni­veau de tous les cours d’eau maxi­mois sous sur­veillance s’est em­bal­lé à une vi­tesse sans pré­cé­dent. Il est tom­bé jus­qu’à  mm sur le mas­sif des Maures!Ahle Pré­co­nil, la Ga­ro­nette et le Bouillon­net étaient en crue si­mul­ta­né­ment. Ces dé­bor­de­ments ont cha­cun pro­vo­qué un ir­ré­sis­tible flot en­va­his­sant routes et lo­tis­se­ments et pro­vo­quant de nom­breux cas de si­ta­tion cri­tique (lire en pages sui­vantes). L’eau a ces­sé de mon­ter peu avant  heures seule­ment. C’est-à-dire qu’il s’est écou­lé près de  h  entre le seuil cri­tique et le dé­but du re­flux. Une heure trente de cau­che­mar et de ter­reur pour des di­zaines et des di­zaines de Maxi­mois. Nom­breux ex­pli­quaient hier avoir vu la vague ar­ri­ver dans leur rue, cer­tains dans leur mai­son. Ils ne l’ou­blie­ront ja­mais. Au PC crise le maire, le sous-pré­fet, les gen­darmes, les pom­piers, les ex­perts, toute la nuit, ont sui­vi la si­tua­tion mi­nute par mi­nute, s’ef­for­çant d’ap­por­ter des ré­ponses à chaque si­tua­tion, comme les sau­ve­tages de per­sonnes en dif­fi­cul­té chez elles, l’ou­ver­ture d’une salle pour ac­cueillir les si­nis­trés ayant du quit­ter leur mai­son, ou en­core la sé­cu­ri­sa­tion des pé­ri­mètres tou­chés. Cô­té moyens, plus de  sa­peurs-pom­piers étaient en­ga­gés sur Sainte-Maxime et Ro­que­brune Les Is­sambres, tan­dis qu’en mer le ca­not tro­pé­zien de la SNSM est ve­nu par­ti­ci­per aux re­cherches aux cô­tés de la ve­dette de la mer et de l’hé­li­co­ptère de la sé­cu­ri­té ci­vile. Cette mo­bi­li­sa­tion a per­mis c’est cer­tain d’at­té­nuer le bi­lan et d’ac­com­pa­gner les per­sonnes le plus en dif­fi­cul­tés. Hé­las, dans cette même ca­tas­trophe, deux per­sonnes au moins ont lais­sé leur vie, ce qui fait de ce jour d’inon­da­tion le plus meur­trier de­puis des dé­cen­nies.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.