Inon­da­tions : ré­veil dif­fi­cile aux Is­sambres

Var-Matin (Fréjus / Saint-Raphaël) - - La Une - FRED M.

Au len­de­main du la crue de la Ga­ron­nette qui a dé­vas­té leurs ha­bi­ta­tions, les ri­ve­rains de l’al­lée des Ga­la­pa­gos aux Is­sambres tentent de faire l’in­ven­taire des dé­gâts. Dès l’en­trée dans cette pe­tite im­passe des Is­sambres, si­tuée au bas de la route du col du Bou­gnon, règne la dé­so­la­tion. Celle des traces lais­sées par la vague d’eau qui a tout em­por­té et dé­truit sur son pas­sage, dans la nuit de mer­cre­di à jeu­di. Puis celle des hommes et des femmes qui ne peuvent que consta­ter l’éten­due du dé­sastre après la le­vée de l’alerte orange. Dans la pre­mière mai­son de l’al­lée, un lo­ca­taire a tout per­du. « Ce n’est que du ma­té­riel. Ma femme, mon fils et moi-même sommes saufs. Mais c’est la va­leur sen­ti­men­tale de cer­tains ob­jets comme les pho­tos qui vont nous man­quer », dit-il, abat­tu et ex­té­nué. Le pro­prié­taire et l’ex­pert d’as­su­rance sont pré­sents. Un ami passe ra­pi­de­ment pour pro­po­ser aide et sou­tien. Il s’en­quiert de ses trois vé­hi­cules em­por­tés par les flots. Un peu plus loin, Fran­çois-Xa­vier Cor­dier et sa femme, ar­ri­vés jeu­di en fin de jour­née de la ré­gion pa­ri­sienne, ont dé­cou­vert l’état de leur vil­la : le mur de clô­ture et sa grille sont tom­bés sous la pous­sée des eaux, sa cui­sine d’ex­té­rieur toute neuve est dé­truite. « L’eau est mon­tée jus­qu’à 1,40 m alors qu’en cas de grosses pluies, il n’y a que 20 à 30 cm d’eau dans la rue, ex­plique-t-il. Cette mai­son re­pré­sente toute une vie de tra­vail. Pour­tant, ce n’est pas faute d’avoir aver­ti les mu­ni­ci­pa­li­tés de Sain­teMaxime et de Roquebrune des risques. On le sait, le pro­blème vient d’un bou­chon qui se forme à la ri­vière. Cette buse est un gou­let d’étran­gle­ment. En 1983, il y avait un ba­teau des chan­tiers plus haut qui s’était mis en tra­vers... Tant qu’ils ne met­tront pas un pont sur la Ga­ron­nette, ça se re­pro­dui­ra. Il y a aus­si le manque d’en­tre­tien des rives. » Son épouse se veut op­ti­miste et pense à leur voi­sine qui a failli perdre la vie, au mo­ment le plus in­tense de l’inon­da­tion. En ce ven­dre­di ma­tin, il y a peu de monde dans l’al­lée si­len­cieuse : deux em­ployés d’En­gie qui vé­ri­fient les comp­teurs d’élec­tri­ci­té et re­mettent le cou­rant cou­pé dans cer­taines mai­sons. « Pour­quoi mettent-ils les comp­teurs si bas sur les fa­çades alors qu’on connaît les risques ici ? », s’in­ter­roge Fran­çois-Xa­vier Cor­dier. On croise quelques rap­por­teurs d’as­su­rance et deux of­fi­ciers des ren­sei­gne­ments gé­né­raux, ve­nus en­quê­ter sur les cir­cons­tances de ce chaos. Au fond de l’im­passe, les ser­vices mu­ni­ci­paux dé­gagent le ru de ses vé­gé­taux. Un peu plus tôt, ils en ont sor­ti un scoo­ter et deux voi­tures. Au to­tal, sept vé­hi­cules ont été em­por­tés par la crue. « Nous re­ti­rons tout ce qui obs­true, ob­jets et vé­gé­taux, pré­cise le tech­ni­cien ro­que­bru­nois. En­suite, nous ai­de­rons les gens... dès que nous y se­rons au­to­ri­sés. » En ef­fet, il va fal­loir s’ar­mer de pa­tience et at­tendre le pas­sage des ex­perts avant de pou­voir re­cons­truire et se re­cons­truire. Dans les mai­sons et les jar­dins, pour contrer leur tris­tesse de­vant leurs ha­bi­tats si­nis­trés, les ri­ve­rains de l’al­lée des Ga­la­pa­gos s’ac­tivent dou­ce­ment ten­tant de net­toyer un peu et de dé­ga­ger de la boue quelques ob­jets es­sen­tiels. Il faut bien al­ler de l’avant...

Fran­çois-Xa­vier Cor­dier montre sur la fa­çade de sa mai­son la trace de la mon­tée des eaux si­tuée à , m de hau­teur.

(Pho­tos Fred M.)

Vincent Mo­risse, maire de Sainte-Maxime, et Ja­cky Gros, ad­joint des Is­sambres, éva­luent l’éten­due du dé­sastre de­puis les bords de la Ga­ron­nette, si­tuée à la fron­tières des deux ci­tés.

La boue s’est in­si­nuée par­tout dans les mai­sons..

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.