Tou­lon sous pres­sion face à La Ro­chelle

Vain­queur de La Ro­chelle en de­mi-fi­nale l’an der­nier, le RCT s’at­tend à de sé­rieuses re­pré­sailles cet après-mi­di. Le spec­tacle risque en­core de souf­frir d’un énorme com­bat

Var-Matin (Grand Toulon) - - La Une - PHI­LIPPE BERSIA

C’est une de ses par­ti­cu­la­ri­tés et peut-être ce qui contri­bue aus­si à son suc­cès, Pa­trice Col­laz­zo est sou­vent là où on ne l’at­tend pas. Ain­si, à la veille de re­trou­vailles for­cé­ment mus­clées avec le RCT, et alors qu’on ima­gi­nait qu’il ré­ser­vait «un chien de sa chienne » aux Tou­lon­nais de­puis la de­mi­fi­nale per­due l’an der­nier au Vé­lo­drome, le ma­na­ger gé­né­ral ro­che­lais a ex­pli­qué en confé­rence de presse : « Per­son­nel­le­ment, la de­mi-fi­nale n’est pas un mau­vais sou­ve­nir », ou en­core « On re­met les comp­teurs à zé­ro, le match nul ici, la vic­toire là-bas, la de­mi per­due, plus rien ne compte au­jourd’hui » .Ilaef­fec­ti­ve­ment rai­son. Le pas­sé est le pas­sé...

Quelques comptes à ré­gler

Mais faut-il vrai­ment le croire ? Quand on connaît son ca­rac­tère, et sa pro­pen­sion à ca­cher son jeu jus­qu’au der­nier mo­ment, on a quand même un peu de mal à ima­gi­ner qu’il ait par­fai­te­ment di­gé­ré sa der­nière dé­faite contre le RCT. En tout état de cause, quels que soient les res­sorts de mo­ti­va­tion qu’il ac­ti­ve­ra, on peut s’at­tendre à un match très, très en­ga­gé. Du reste, Jé­ré­my Sin­zelle, lui, n’en fait pas mys­tère : « On a mis l’ac­cent sur la de­mi-fi­nale per­due l’an pas­sé par La Ro­chelle. Je n’y étais pas en­core, mais le fait de jouer contre Tou­lon, l’équipe qui nous a bat­tus en phase fi­nale amène for­cé­ment un sen­ti­ment de re­vanche. » Parce que, quoi­qu’il en dise, l’an­cien Sey­nois a en­core quelques comptes à ré­gler avec les Tou­lon­nais et plus évi­dem­ment en­core, parce que La Ro­chelle est de nou­veau lan­cé vers les som­mets et ne compte pas s’ar­rê­ter en si bon che­min... Tout le monde l’a bien in­té­gré au RCT, où les an­ciens se souviennent par­fai­te­ment de la dé­faite qui avait sanc­tion­né le der­nier pas­sage des Ro­che­lais à Mayol (20-23), tan­dis que les nou­veaux savent tout le dan­ger à dé­fier cette équipe aus­si joueuse que sur­di­men­sion­née. Ce­la dit, et même si le RCT n’est pas en­core par­fai­te­ment maître de son nou­veau plan de jeu et donc de ses su­jets, les Rouge et Noir ne comptent pas gâ­cher le bé­né­fice de leur bon dé­but de sai­son et no­tam­ment de leur pre­mière vic­toire à l’ex­té­rieur à Pa­ris, en s’in­cli­nant à do­mi­cile. Certes, ils n’au­ront pas tout à fait le cou­teau sous la gorge, mais la pres­sion se­ra bien sur leurs épaules au coup d’envoi.

L’at­taque mi­traillette des Ro­che­lais

Avec dé­jà 171 points ins­crits en 5 matches, soit une moyenne de plus de 34 points par match pour 18,4 en­cais­sés, l’at­taque mi­traillette des Ro­che­lais se si­tue de­vant tout le monde ac­tuel­le­ment. Très loin de­vant celle du RCT (116 points, soit, 23,2 par match). Pour au­tant, les Tou­lon­nais qui, à dé­faut de pro­po­ser si tôt dans la sai­son un jeu par­fai­te­ment lé­ché, font dé­jà preuve d’une belle vo­lon­té col­lec­tive, ne vont nour­rir au­cun com­plexe face au se­cond du cham­pion­nat. Ce­la n’éton­ne­ra sur­tout pas Pa­trice Col­la­zo : « Rien qu’en évo­quant le nom du RCT, on sait où l’on va » a fa­ci­le­ment re­con­nu le ma­na­ger ro­che­lais, en in­sis­tant sur l’im­pé­rieuse né­ces­si­té de jouer à fond 80 mi­nutes du­rant. Les Tou­lon­nais se­raient bien ins­pi­rés d’en faire au­tant, car les sautes de ré­gime dont ils sont en­core cou­tu­miers pour­raient faire le miel de bour­dons ro­che­lais dé­jà bien lan­cés dans la conti­nui­té de la sai­son der­nière. Avec dé­jà deux vic­toires à l’ex­té­rieur (Agen, 15-20, et Brive 1019) en trois dé­pla­ce­ments, La Ro­chelle a re­pris, comme l’an pas­sé, la tête du clas­se­ment bri­tan­nique... À moins que l’ab­sence de ses impact players Bo­tia, Qo­vu, ou en­core Bou­ghan­mi, qui, à cette heure, ne fi­gurent pas sur la feuille de match, et la consti­tu­tion d’un gros banc de rem­pla­çants, n’illustre ef­fec­ti­ve­ment la seule vo­lon­té de Col­la­zo de ten­ter un coup, au cas où. Al­lez sa­voir, avec ce ca­cho­tier...

(Pho­to Bou­tria/Le­riche)

En mai der­nier, à l’oc­ca­sion de la de­mi-fi­nale de Top , le ciel était tom­bé sur la tête des Ro­che­lais, bat­tus - en toute fin de match, sur un drop as­sas­sin du jeune An­tho­ny Bel­leau...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.