Union à droite : « L’exemple du Pro­gramme com­mun… »

Var-Matin (Grand Toulon) - - France / Monde -

Ce­lui qui fut aus­si tête de liste UMP-UDI aux ré­gio­nales en Pa­ca en  a ré­cem­ment si­gné un ap­pel à l’union des droites, en com­pa­gnie d’une tren­taine de per­son­na­li­tés par­mi les­quelles Jean-Fré­dé­ric Pois­son, Ch­ris­tine Bou­tin, Ro­bert Mé­nard, Charles Millon… « Il n’est pas ques­tion de fu­sion ou quoi que ce soit de ce style avec le FN, pré­cise-t-il en ré­ponse aux ana­thèmes dont il fait l’ob­jet au sein de LR. Je fais juste un constat lim­pide : Ma­cron a cham­bou­lé le pay­sage po­li­tique et les cen­tristes, que ça nous agrée ou non, à quelques per­son­na­li­tés près comme Jean Leo­net­ti, sont pas­sés avec lui. Les Ré­pu­bli­cains, qui se vou­laient le par­ti de la droite et du centre, ne sont donc plus que le par­ti de la droite. Au­jourd’hui, la ques­tion à se po­ser est donc de sa­voir si nous pou­vons ga­gner les élec­tions seuls. La ré­ponse est non. Si on veut di­ri­ger le pays et le chan­ger, mon rai­son­ne­ment est simple : il est temps de cher­cher des rap­pro­che­ments, ce qui ne veut pas dire fu­sion ni ras­sem­ble­ment, avec des gens qui sont plus à droite que nous, je pense no­tam­ment à Ni­co­las Du­pont-Ai­gnan. » Il dé­ve­loppe : « Sur les ques­tions ré­ga­liennes et l’im­mi­gra­tion, nos po­si­tions sont en ef­fet très proches. Mon exemple, c’est le Pro­gramme com­mun de la gauche. De­puis , la gauche ga­gnait les élec­tions lo­cales et per­dait les na­tio­nales. Un beau jour, Fran­çois Mit­ter­rand a en­ta­mé un rap­pro­che­ment avec le PC de Georges Marchais et les Ra­di­caux de gauche de Ro­bert Fabre. A l’époque, tout les sé­pa­rait, c’était le PC proche de l’Union so­vié­tique. Ça ne les a pas em­pê­chés de trou­ver des points d’ac­cord et de ga­gner les élec­tions. Si nous res­tons dans le même sché­ma, nous per­drons toutes les élec­tions na­tio­nales. Et puis, le Front na­tio­nal a chan­gé. Ce­lui de Ma­rine Le Pen n’est pas ce­lui de Jean-Ma­rie Le Pen. Même si nous avons des désac­cords sur l’éco­no­mie ou l’Eu­rope, il n’y a plus de dé­cla­ra­tions ra­cistes. Laurent Wau­quiez dit que la droite est de re­tour. Mais si elle reste re­pliée sur elle-même, elle conti­nue­ra à perdre. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.