Ça baigne pour les eaux de bai­gnade de l’ag­glo TPM

Tous les ma­tins jus­qu’à fin sep­tembre, Véo­lia pra­tique des pré­lè­ve­ments sur les plages de l’ag­glo­mé­ra­tion tou­lon­naise. Pour l’ins­tant, au­cune pol­lu­tion bac­té­rio­lo­gique n’a été dé­ce­lée

Var-Matin (La Seyne / Sanary) - - Ouest-var - P.-H. C. phcoste@ni­ce­ma­tin.fr

Tous les ma­tins, leur jour­née de tra­vail com­mence par un tour à la plage. Pas ques­tion, ce­pen­dant, de dé­plier la ser­viette : s’ils pro­fitent du ri­vage, c’est pour réa­li­ser des pré­lè­ve­ments des eaux de bai­gnade. À peine le temps de je­ter un oeil sur l’ho­ri­zon qu’il faut fi­ler vers le la­bo­ra­toire de Véo­lia, le long de la voie fer­rée à La Garde. Moins carte pos­tale comme dé­cor. Le temps d’en­fi­ler une blouse, com­mence la par­tie ana­lyse pro­pre­ment dite. Sans ren­trer dans les dé­tails d’un pro­to­cole que le ges­tion­naire de l’eau conserve ja­lou­se­ment, ils se lancent dans une « ana­lyse de bio­lo­gie mo­lé­cu­laire ». Objectif: dé­tec­ter la moindre pol­lu­tion bac­té­rio­lo­gique. «Ça fait deux ans que nous avons un contrat avec la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion Tou­lon - Pro­vence - Mé­di­ter­ra­née (TPM) pour sur­veiller de ma­nière ré­gu­lière la qua­li­té des eaux de bai­gnade sur les sept com­munes lit­to­rales de l’ag­glo», ex­plique Isabelle Né­reau, res­pon­sable du sui­vi des eaux de bai­gnade pour Véo­lia. Cette «ges­tion ac­tive» per­met de vé­ri­fier que tout va bien pour une pe­tite di­zaine de plage par jour. Et à la mi-sep­tembre, le bi­lan de l’été 2017 a de quoi don­ner le sou­rire aux bai­gneurs. «En ges­tion ac­tive, on n’a no­té au­cune non-confor­mi­té. L’eau a été d’ex­cel­lente qua­li­té », as­sure-t-elle.

Plages fer­mées à Six-Fours et La Seyne

Quelques alertes ont tou­te­fois don­né des sueurs froides aux mai­ries. Lors­qu’elles ont un doute et re­marquent un risque de pol­lu­tion, les mu­ni­ci­pa­li­tés de­mandent à Véo­lia de réa­li­ser une ana­lyse en ur­gence. «En 3h30, on peut leur dire s’il y a un risque sa­ni­taire. La mai­rie peut alors sa­voir si elle doit fer­mer la plage ou l’ou­vrir sans dan­ger. » C’est arrivé à quelques re­prises du­rant l’été, à La Seyne (les Sa­blettes) et à Six-Fours ; mais, comme la bai­gnade était in­ter­dite en at­ten­dant les ré­sul­tats, per­sonne n’a bar­bo­té dans un bain de bac­té­ries. Pour­tant, pas ques­tion de re­lâ­cher la vi­gi­lance. Si la qua­li­té de l’eau a été au ren­dez-vous de l’été, c’est aus­si dû à des condi­tions mé­téo par­ti­cu­liè­re­ment sèches de­puis le mois de juin. En li­mi­tant les écou­le­ments vers le ri­vage, l’été a dé­ci­dé lui-même de s’of­frir des eaux cris­tal­lines.

(Pho­to DR) (Photos P.-H. C.)

Avant l’ar­ri­vée des bai­gneurs, les tech­ni­ciens de Véo­lia sont les pre­miers sur la plage. Chaque jour, une di­zaine de plages (sur les  de l’ag­glo­mé­ra­tion) sont contrô­lées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.