Ain : le pou­lailler fil­mé par L vi­dé sur dé­ci­sion du pré­fet

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Deux jours après une vi­déo mon­trant des condi­tions d’éle­vage in­dignes dans un éta­blis­se­ment de l’Ain, les au­to­ri­tés ont or­don­né un vide sa­ni­taire, « dé­ci­sion ex­cep­tion­nelle » qui de­vrait conduire à l’abat­tage des . vo­lailles. L’as­so­cia­tion mi­li­tante L avait pu­blié, mer­cre­di, des images, tour­nées en avril, mon­trant des poules dé­plu­mées et en­tas­sées dans des cages à perte de vue; une pro­li­fé­ra­tion de poux, d’as­ti­cots, des ca­davres en état de dé­com­po­si­tion avan­cée, des ac­cu­mu­la­tions de fiente. Les ré­ac­tions s’étaient en­chaî­nées : Ma­tines, nu­mé­ro un des oeufs en France et pro­prié­té du groupe Avril, avait dé­ci­dé de ne plus s’ap­pro­vi­sion­ner au­près de l’éle­vage dé­faillant, In­ter­mar­ché re­non­çant de son cô­té à vendre sa pro­duc­tion. « Cet éle­vage est en très grande dif­fi­cul­té éco­no­mique, avec un nombre d’em­ployés de­ve­nu in­suf­fi­sant pour rem­plir cor­rec­te­ment les taches quo­ti­diennes d’un éle­vage. L’ac­ti­vi­té ne peut plus être as­su­rée dans le res­pect des normes en­vi­ron­ne­men­tales », jus­ti­fie le mi­ni­sètre de l’Agri­cul­ture. « Les   poules pré­sentes dans l’éta­blis­se­ment se­ront abat­tues ou ven­dues à des tiers » pour être trans­for­mées en fa­rine pour l’ali­men­ta­tion ani­male, pré­cise d’ailleurs le pré­fet Laurent Tou­vet. Hier, Ségolène Royal a an­non­cé, dans un com­mu­ni­qué, que des « non-confor­mi­tés mi­neures » ont été consta­tées dans qua­torze très grands éle­vages, soit près de  % d’un to­tal de cent vingt et un éle­vages de vo­lailles, de porcs ou de bo­vins en cours d’ins­pec­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.