Cos­taud, le taureau !

Da­niel Ric­ciar­do a su ti­rer la quin­tes­sence d’une Red Bull ‘‘su­per­so­nique’’ pour dé­cro­cher sa pre­mière pole po­si­tion de­vant Ni­co Ros­berg et Le­wis Ha­mil­ton

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sur La Piste - GIL LÉON

De zé­ro à hé­ros, par­fois, il n’y a qu’un pas. Da­niel Ric­ciar­do en sait quelque chose. Vain­queur puis­sance 3 sur les ta­blettes de la F1 après les triomphes li­bé­ra­teurs en­chaî­nés en 2014 (Ca­na­da, Hon­grie, Bel­gique), le pi­lote aus­tra­lien avait un vide à com­bler dans ses sta­tis­tiques. Comp­teur dé­blo­qué hier. De belle ma­nière. At­ten­du au tour­nant par des Flèches d’ar­gent in­vain­cues de­puis trois ans en Prin­ci­pau­té, le na­tif de Perth, meilleur sprin­teur du jeu­di de chauffe (1’14’’607), n’a pas cé­dé à la pres­sion. Mieux, il s’est trans­cen­dé pour « trans­for­mer l’es­sai », comme disent les Wal­la­bies. «Hey, il y a de pires en­droits pour dé­cro­cher sa pre­mière pole po­si­tion, non?» Au terme de l’heure de vé­ri­té du 74e Grand Prix de Mo­na­co, le bour­reau des Mer­cedes peut ju­bi­ler. À bien­tôt 27 ans, le voi­là en­fin pro­mu «chro­no-maître». Mal­gré les as­sauts in­ces­sants de ses ri­vales di­rectes, al­le­mandes mais aus­si ita­liennes, puisque Fer­ra­ri est re­ve­nu dans le match (voir par ailleurs), la RB12 frap­pée du nu­mé­ro 3 n’a rien lâ­ché. Cos­taud, le taureau!

Max Vers­tap­pen en pâle po­si­tion

En ex­ploi­tant par­fai­te­ment un châs­sis ré­pu­té ex­cellent, le mo­teur Re­nault évo­lué dont il a la pri­meur ici, et les nou­veaux pneus Pi­rel­li « ul­tra-tendres », l’homme fort du jour s’est même per­mis de flir­ter avec le re­cord du to­bog­gan mo­né­gasque (1’13’’532) dé­te­nu de­puis 2006 par Ki­mi Räikkö­nen. Sa marque ? 1’13’’622. Un temps dé­coif­fant. «C’est un en­droit spé­cial ici, pour­sui­til de­vant la nuée de mi­cros ac­cro­chés à ses lèvres. En ar­ri­vant, je sa­vais qu’on avait une chance, et je suis heu­reux d’avoir pu la sai­sir. Je me sens vrai­ment en confiance et j’ai l’im­pres­sion que je pi­lote bien de­puis quelques se­maines.» À Bar­ce­lone, il y a quinze jours, son coup de vo­lant in­ci­sif n’avait pas suf­fi. Re­lé­gué au pied du po­dium à cause d’une er­reur de stra­té­gie, ce­lui-ci s’était in­cli­né face à son nou­veau co­équi­pier, Max Vers­tap­pen. Autre échéance, autre scé­na­rio : hier, le jeune pro­dige néer­lan­dais a bu la tasse à la Pis­cine dès le dé­but de la Q1. Sus­pen­sion cas­sée dans le vi­rage 15, voi­ture frois­sée dans le sui­vant. Lui s’élan­ce­ra donc en pâle po­si­tion (21e).

Le­wis Ha­mil­ton en­core freiné

Cô­té Mer­cedes, Ni­co Ros­berg, en quête d’une qua­trième glo­rieuse consé­cu­tive dans son jar­din, joue­ra gros lors de la mise à feu. « Être bat­tu par une Red Bull, ce n’est pas top, souffle l’en­fant ter­rible de la Prin­ci­pau­té. Je n’aime pas ça mais Da­niel était très ra­pide et il mé­rite son ré­sul­tat. Rap­pe­lez-vous : en Chine, alors que je par­tais en pole et lui 2e, et il m’avait brû­lé la po­li­tesse au pre­mier vi­rage. À moi de lui rendre la mon­naie de sa pièce main­te­nant! » En­core freiné dans son élan, cette fois par un pro­blème de pres­sion d’es­sence sur­ve­nu au lan­ce­ment de la Q3, Le­wis Ha­mil­ton, quant à lui, de­vra comp­ter sur la bé­né­dic­tion de Sainte-Dé­vote pour re­trou­ver la lu­mière au bout d’un tun­nel dé­ci­dé­ment bien long... Alors, à qui la pa­tronne des pi­lotes ac­cor­de­ra-t-elle ses fa­veurs? Et celle-ci de­man­de­ra-t-elle au ciel d’ou­vrir ses vannes afin de cor­ser l’ex­pli­ca­tion fi­nale? Ren­dez-vous à l’heure des braves.

(Pho­to Cy­ril Do­der­gny)

Da­niel Ric­ciar­do et sa Red Bull : la pole à toute vi­tesse...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.