Ac­cueil­ti­mi­de­dans­lesAlpes-Ma­ri­times

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Dix-huit ans après le grand dé­part de Nice, les Al­pesMa­ri­times ont re­goû­té hier au plai­sir d’ac­cueillir le Gi­ro. Un peu plus de soixante ki­lo­mètres entre les som­mets des cols de la Bo­nette et de la Lom­barde. Mais l’am­biance de l’éta­pe­reine et dé­ci­sive de ce Tour d’Ita­lie n’avait ab­so­lu­ment rien à voir avec une jour­née de mon­tagne sur la Grande boucle. Dé­jà les spec­ta­teurs ont été pri­vés de la tra­di­tion­nelle ca­ra­vane pu­bli­ci­taire qui n’a pas été au­to­ri­sée à tra­ver­ser le sa­cro-saint parc du Mer­can­tour et a été di­rec­te­ment dé­rou­tée sur Cu­neo. Certes de nom­breux cy­clistes, clubs ou in­di­vi­duels, ont pris d’as­saut les deux grands cols azu­réens avant de re­gar­der les cham­pions, mais pour re­trou­ver un peu l’am­biance de juillet il fal­lait at­tendre les der­niers ki­lo­mètres de la Lom­barde entre Iso­la 2000 et le som­met. Des di­zaines de cam­ping-car et tentes s’étaient ins­tal­lées sur le bord de la route. Es­sen­tiel­le­ment des sup­por­ters de Vin­cen­zo Ni­ba­li ve­nus du Pié­mont voi­sin. Ca­te­ri­na et Clau­dio sont les plus bas, avant les re­grou­pe­ments. « On vou­lait un peu de calme », glissent ces sup­por­ters de Poz­za­to. Plus haut, le nombre de sup­por­ters au mètre car­ré est net­te­ment plus im­por­tant. « Heu­reu­se­ment, c’est le Gi­ro, es­time Si­mone, ve­nu de Cu­neo et qui porte fiè­re­ment un t-shirt et un masque aux cou­leurs du Si­ci­lien. « On était dé­jà là la veille à Ri­soul. Ça nous dé­payse un peu de ve­nir en France. Et la vue est ma­gni­fique dans la Lom­barde » Dans le cam­ping-car d’à cô­té, des sup­por­ters d’Ale­jan­dro Val­verde pré­parent les grillades en at­ten­dant un ex­ploit de leur cham­pion. Un peu plus haut, c’est le « fan-club de Die­go Ulis­si » qui a po­sé ses ban­de­roles. Dans cette joyeuse tour de Ba­bel, quelques azu­réens, no­tam­ment les cy­clos de l’OCCA ou de Cagnes vé­lo pas­sion, s’ag­glu­tinent au­tour des quelques té­lés ap­por­tées par les cam­peurs ita­liens, de loin les mieux équi­pés. En ani­ma­teur, Fi­lip­po, mé­ga­phone à la main, hurle chaque fait de courses. Evi­dem­ment, la tem­pé­ra­ture est mon­tée lorsque Ni­ba­li a réus­si à dé­cro­cher ses ri­vaux. Au som­met, cer­taines as­so­cia­tions d’Iso­la et Vi­na­dio, dont les com­munes sont ju­me­lées, ont dé­ci­dé de par­ta­ger une po­len­ta, tout en re­pre­nant des chants tra­di­tion­nels pié­mon­tais. Une am­biance fes­tive et d’échanges mais sans la dé­me­sure que peut connaître le Tour ou même le Gi­ro sur cer­tains cols des Do­lo­mites et même dans les der­niers ki­lo­mètres de l’étape, dans la mon­tée vers Sant’An­na di Vi­na­dio, rem­plie de ti­fo­si.

Les sup­por­ters de Ni­ba­li ont por­té chance au « Re­quin de Mes­sine ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.