Tson­ga re­nonce à son tour

Les Fran­çais ont la guigne. Après Mon­fils, for­fait avant le dé­but de la quin­zaine, c’est le Man­ceau, bles­sé, qui a aban­don­né hier au troi­sième tour

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

C’est avec les larmes aux yeux et la tête basse que Tson­ga a quit­té le Cen­tral. Le Man­ceau ve­nait de re­non­cer, alors qu’il me­nait 5-2 dans le pre­mier set contre le Let­ton Er­nests Gul­bis, 80e mon­dial. La dou­leur aux ad­duc­teurs, qui l’avait éloi­gné des courts pen­dant deux se­maines et de­mie avant les In­ter­na­tio­naux de France, s’est ré­veillée sur une glis­sade. En huit jours, le camp tri­co­lore a per­du ses deux meilleurs atouts sur la terre bat­tue pa­ri­sienne : Mon­fils, de­mi-fi­na­liste en 2008 et trois autres fois quart-de-fi­na­liste (2009, 2011, 2014), rat­tra­pé par un mys­té­rieux vi­rus, et donc Tson­ga, 7e mon­dial et double de­mi-fi­na­liste (2013, 2015). C’est un cru mau­dit pour Ro­land-Gar­ros qui a per­du ven­dre­di son plus grand cham­pion Ra­fael Na­dal (5e, 9 titres), tou­ché au poi­gnet gauche, alors qu’il de­vait dé­jà se pas­ser de Ro­ger Fe­de­rer (3e), in­suf­fi­sam­ment re­mis de ses pé­pins lom­baires pour prendre le dé­part Porte d’Au­teuil. Tson­ga, 31 ans, avait lui as­su­ré être re­mis « à 100 % » lors de son re­tour à Pa­ris où il es­pé­rait re­joindre les de­mies comme l’an pas­sé et en 2013. La sor­tie pré­ma­tu­rée de Na­dal, qu’il au­rait dû théo­ri­que­ment re­trou­ver en quarts, avait dé­ga­gé son ho­ri­zon. Après Gul­bis, ca­pable du meilleur (de­mie en 2014) comme du pire, le N.1 des Bleus au­rait af­fron­té dans le pire des cas le Belge Da­vid Gof­fin (13e) puis le jeune pro­dige au­tri­chien Do­mi­nic Thiem (15e). Rien d’évident mais rien d’in­sur­mon­table non plus avant le der­nier car­ré. C’est une oc­ca­sion qui part en fu­mée pour la France qui se lan­guit de trou­ver en­fin un hé­ri­tier à Noah, le der­nier à avoir sou­le­vé en 1983 la Coupe des Mous­que­taires.

Gas­quet, der­nière car­touche

Richard Gas­quet en a-t-il les ca­pa­ci­tés? Le Bi­ter­rois, bien tôt tren­te­naire (18 juin), n’a ja­mais pas­sé le cap des hui­tièmes lors de ses quatre pré­cé­dentes ten­ta­tives. Il était à chaque fois tom­bé sur un os : No­vak Djo­ko­vic en 2011 et 2015, An­dy Mur­ray en 2012 et Stan Wa­wrin­ka en 2013. Mur­ray s’an­nonce sur sa route en quarts si tou­te­fois il par­vient à écar­ter le Ja­po­nais Kei Ni­shi­ko­ri (6e) qui a rem­por­té leurs deux pré­cé­dents duels cette sai­son, sur terre bat­tue et en deux sets, à Ma­drid puis Rome. L’en­fant ché­ri de Sé­ri­gnan est le der­nier res­ca­pé « Bleu » en se­conde se­maine. Car chez les dames, c’est le dé­sert après les dé­faites de Pau­line Par­men­tier contre la Suis­sesse Ti­mea Bac­sinsz­ky (6-4, 6-2), d’Ali­zé Cor­net face à Ve­nus Williams (7-6 (7/5), 16, 6-0) et de Kris­ti­na Mla­de­no­vic contre la N.1 mon­diale et te­nante du titre Se­re­na Williams 6-4, 7-6 (12/10). Pour son pre­mier duel avec la reine de la WTA, la jeune Nor­diste, 23 ans, lui a im­po­sé une fa­rouche ré­sis­tance. Mais elle pour­ra nour­rir des re­grets, avec quatre balles de break man­quées dans la pre­mière manche et une balle de set non concré­ti­sée dans le tie­break du deuxième acte où elle a me­né 5-2. « C’était un rêve de jouer contre Se­re­na sur le Cen­tral. J’au­rais vrai­ment ai­mé ac­cro­cher cette deuxième manche. Mais Se­re­na est une grande cham­pionne », a af­fir­mé Mla­de­no­vic suite à sa dé­faite.

Les ad­duc­teurs du Man­ceau ont mis fin à son par­cours hier face à Gul­bis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.