BB sé­rie li­mi­tée

Un de­si­gner a dé­voi­lé sa der­nière créa­tion : une chaise Bri­gitte Bardot avec sa si­gna­ture. Un mo­dèle mis à la vente en quan­ti­té très li­mi­tée.

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - N. SA.

Pour une fois, son image n’est pas im­pri­mée sur pel­li­cule, sur une af­fiche en noir et blanc d’un long-mé­trage des an­nées 50, ou en­core re­pré­sen­tée sur une toile pop. De­puis quelques jours, le vi­sage de BB ap­pa­raît sur un mo­bi­lier contem­po­rain, conçu par Frédéric Ju­lien. Cette oeuvre trône dans l’ate­lier-ga­le­rie du peintre Serge Con­tat Cserg à Saint-Tro­pez, qui croque BB à l’en­vi de­puis long­temps. Elle lui a sou­vent lais­sé des pe­tits mots af­fec­tueux sur son tra­vail. Au­jourd’hui, dans l’ate­lier de cet ar­tiste cha­peau­té, une longue pipe à por­tée de main, -- fe­nêtre grande ou­verte sur la rue Saint-Jean --, il ex­pose le tra­vail d’un de­si­gner, Frédéric Ju­lien qui a éla­bo­ré ce tra­vail si par­ti­cu­lier. Un mo­bi­lier in­édit, une chaise où s’in­cruste l’image de Bri­gitte ! Pas vrai­ment le genre de cho- ses com­mer­ciales qu’elle to­lère ha­bi­tuel­le­ment...

Des mo­dèles nu­mé­ro­tés

Mais sou­te­nu par l’en­tou­rage ami­cal de BB, ce­lui-ci a dé­fen­du son pro­jet au­près de l’égé­rie de la cause ani­male. Si elle a ac­cep­té cette idée peu conven­tion­nelle, c’est aus­si parce que sa fon­da­tion, chère éga­le­ment au de­si­gner, ne se­ra pas ou­bliée. Après deux ans de pré­pa­ra­tion, le thème a « été va­li­dé en 24 heures par Bri­gitte », s’étonne-t-il en­core. Chaque chaise est si­glée Bri­gitte Bardot, d’un bleu ma­rin. Une cen­taine d’exem­plaires a été dé­cli­née d’après un mo­dèle ima­gi­né, au dé­part, au­tour de l’oeuvre de Mon­drian. « C’est aus­si une fa­bri­ca­tion 100% fran­çaise ! » se fé­li­cite-t-il. Un tryp­tique a éga­le­ment été fa­bri­qué avec une console et une table ronde. Les vi­suels, im­pré­gnés des six­ties, sont quatre pho­tos ori­gi­nales du pho­to­graphe Leo­nard de Raé­my -qui avait ren­con­tré l’ac­trice sur le tour­nage de Vi­va Ma­ria (Louis Malle) en 1965 --. La sil­houette blonde dé­core le dos­sier du siège en pierre acry­lique. Pour son au­teur, ce n’est pas seule­ment un ob­jet de­si­gn : le mo­dèle se veut avant tout « er­go­no­mique, confir­mé un so­phro­logue, as­sure le créa­teur. L’art n’a pas de prix, mais si on peut s’as­seoir des­sus, c’est du bon­heur », a-t-il trou­vé comme slo­gan. Jus­te­ment pour ‘‘s’as­seoir’’ tout contre BB, in­con­di­tion­nels de l’ac­trice ou col­lec­tion­neurs de­vront s’ac­quit­ter d’une cer­taine somme : 2150 eu­ros pour un mo­dèle nu­mé­ro­tée. Et 1850 eu­ros pour un exem­plaire stan­dard. Ex­cep­tée la chaise nu­mé­ro­tée 1 : celle-ci at­tein­dra vrai­sem­bla­ble­ment un prix beau­coup plus éle­vé. Cet exem­plaire unique se­ra mis aux en­chères à l’au­tomne pro­chain, à Drouot, au pro­fit de la Fon­da­tion Bardot.

(Pho­to N. S.)

Le créa­teur Frédéric Ju­lien dé­voile sa chaise Bri­gitte Bardot, dans l’ate­lier-ga­le­rie de l’ar­tiste Cserg, rue Saint-Jean.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.