Vol à l’ar­ra­ché à Saint-Tro­pez : ils dé­robent une fausse montre

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Golfe De Saint-Tropez - N. SA.

Ils pen­saient avoir mis la main sur une très belle montre de luxe, un mo­dèle Pa­tek Phi­lippe, dont la va­leur grimpe à plu­sieurs mil­liers d’eu­ros. Pour les plus luxueuses jus­qu’à 80 000 eu­ros. Sauf que ces vo­leurs ont dé­ro­bé mer­cre­di der­nier sur le port de Saint-Tro­pez, une quel­conque contre­fa­çon au poi­gnet d’un tou­riste ! Dans cette af­faire, quatre per­sonnes ont en­suite été in­ter­pel­lées ce ven­dre­di soir, pris dans les fi­lets des gen­darmes, tou­jours à Saint-Tro­pez.

Acte I : la belle montre re­pé­rée

Le pre­mier acte de ce vol s’est dé­rou­lé quai Fré­dé­ricMis­tral, à l’angle de la rue du Ce­poun San Mar­tin qui re­joint la place de l’hô­tel de ville. La vic­time, un va­can­cier d’ori­gine ita­lienne, se pro­mène tran­quille­ment. Il vient de quit­ter une ter­rasse, quand un homme sur­git dans son dos pour lui ar­ra­cher sa montre de luxe.

Acte II : quit­ter Saint-Tro­pez

L’in­di­vi­du de 26 ans grimpe aus­si­tôt sur une mo­to noire qui pa­tiente à proxi­mi­té, pi­lo­tée par une femme d’une qua­ran­taine d’an­nées. Ils dis­pa­raissent du port en une poi­gnée de se­condes. Aus­si­tôt la plainte dé­po­sée, les en­quê­teurs se lancent dans l’ex­ploi­ta­tion des images de vi­déo­pro­tec­tion.

Acte III : sur la trace des pick­po­cket...

L’his­toire telle qu’elle est ra­con­tée par la vic­time aux en­quê­teurs ne laisse guère de doutes. Il s’agit d’une équipe de pro­fes­sion­nels, cer­tai­ne­ment en pro­ve­nance d’Ita­lie. De­puis quelques étés, ce type de lar­cins se re­pro­duit en dé­but de sai­son à Saint-Tro­pez. Reste à re­tra­cer le plus ra­pi­de­ment pos­sible le scé­na­rio. Le mode opé­ra­toire est dé­sor­mais bien connu. Ils ne sont pas seule­ment deux, mais quatre mal­fai­teurs. Comme à chaque fois. En duo : deux couples se ba­ladent et ob­servent tran­quille­ment les pas­sants. Ils doivent se fondre dans le pay­sage. Comme des pro­me­neurs lamb­da. C’est ce qui s’est pro­duit mer­cre­di. Le qua­tuor repère un tou­riste ita­lien at­ta­blé à une ter­rasse, avec une belle montre à son poi­gnet, une Pa­tek Phi­lippe. Une vraie, pensent-ils alors. Quand le top dé­part est don­né pour pas­ser à l’ac­tion, l’un des couples a dé­jà quit­té la scène et a re­joint un vé­hi­cule. Comme s’ils ne se connais­saient pas. Le vol vient d’être com­mis. À l’ar­ra­ché. La mo­to est en fuite. Iden­ti­fiée par les té­moins de la scène, elle est ra­pi­de­ment aban­don­née, et le pe­tit com­man­do s’éva­pore tran­quille­ment. En voi­ture.

Acte IV : à la mode na­po­li­taine

En gé­né­ral, ces équipes ne restent pas long­temps sur le même sec­teur. Elles s’ac­tivent pen­dant quelques jours avant de dis­pa­raître. Ou si elles ont réus­si un beau coup, elles rentrent à la mai­son illi­co. En Ita­lie, du cô­té de Naples où pros­père ces équipes cri­mi­nelles spé­cia­li­sés dans l’ar­ra­chage de montres, no­tam­ment sur la Côte d’Azur. Mais là, le groupe s’est plan­té. Il faut re­com­men­cer. Peut-être frus­trés d’avoir confon­du une montre de luxe avec une contre­fa­çon, ils re­viennent à Saint-Tro­pez...

Acte IV : de re­tour au vil­lage...

Ven­dre­di soir, 20 h : Au centre de su­per­vi­sion ur­baine (CSU), le mo­ni­teur qui lit les plaques mi­né­ra­lo­giques dé­clenche une alerte. Une voi­ture a été ci­blée au pas­sage de la Bouilla­baisse. Les vo­leurs sont de re­tour. Une tren­taine de mi­li­taires, en uni­formes et en ci­vil --pour s’ap­pro­cher au plus près des mal­fai­teurs --, a pris po­si­tion dans le vil­lage. La nasse se re­ferme. Le qua­tuor n’au­ra pas l’oc­ca­sion de pas­ser à l’ac­tion. Après une longue fi­la­ture, l’ar­res­ta­tion est dé­clen­chée. Sans échap­pées belles. Pen­dant leur garde à vue, les sus­pects ita­liens n’ont pas avoué leur mé­fait, la fausse montre n’a pas été re­trou­vée. Mais leur iden­ti­fi­ca­tion vi­déo n’a po­sé au­cun pro­blème. L’un des couples a pu éga­le­ment être rat­ta­ché à des faits sem­blables, com­mis en 2015. Les quatre com­parses se­ront pré­sen­tés de­vant le tri­bu­nal de Dra­gui­gnan, ce mar­di, pour vol ag­gra­vé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.