Ma­ris’A. la marque bio des pe­tits

Ma­ri­sa Bi­schoff est en passe de réa­li­ser son rêve. Cette jeune Tou­lon­naise crée sa ligne de vê­te­ments bio co­lo­rés pour en­fants. Elle lance, mer­cre­di, une cam­pagne de crowd­fun­ding

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L'Economie - CA­THE­RINE HÉNAFF che­naff@ni­ce­ma­tin.fr

Dé­jà toute pe­tite, je fai­sais des vê­te­ments pour les pou­pées. Mais ça ne m’était pas ve­nu à l’es­prit de me lan­cer dans cette fi­lière. C’est ve­nu pe­tit à pe­tit.» A 31 ans, Ma­ri­sa Bi­schoff est en passe de réa­li­ser son rêve : créer sa propre ligne de vê­te­ments, sous sa propre marque, Ma­ri’s.A Créa­tion. De­puis plu­sieurs mois, la jeune Tou­lon­naise pré­pare ac­ti­ve­ment une cam­pagne de crow­fun­ding qui dé­marre cette se­maine sur KissKissBankBank.

La marque dé­po­sée il y a  ans

Le pro­jet de Ma­ri­sa Bi­schoff « va bien au-de­là d’une simple marque de fringues, as­sure t-elle. J’ai une vo­lon­té de pro­pa­ger une éner­gie po­si­tive, se­mer des idées, sen­si­bi­li­ser les en­fants à la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. Les pa­rents aus­si. C’est tout un idéal que je veux mettre en oeuvre. » C’est en réa­li­sant son pro­jet de BTS que Ma­ri­sa Bi­schoff a com­men­cé à ima­gi­ner ce pro­jet. « Il m’a fal­lu dix ans pour le mû­rir. J’avais tra­vaillé sur la marque mexi­caine Na­hui Ol­lin. J’ai beau­coup ai­mé leur idée de re­cy­cler les em­bal­lages de bon­bons, les ca­nettes. C’est à ce mo­ment-là que j’ai dé­po­sé la marque. » Di­plôme en poche, la jeune femme a trou­vé un em­ploi dans la com­mu­ni­ca­tion mar­ke­ting. Forte de son ex­pé­rience, elle s’est po­si­tion­née, de­puis un an, pour al­ler au bout de son pro­jet. Sa col­lec­tion est au­jourd’hui fi­na­li­sée. Elle a trou­vé une usine bio en Al­sace qui sous-traite ses pro­duits. « Mais l’en­tre­prise a le la­bel GOTS1, ce qui est un gage de sé­rieux et d’éthique. Je suis al­lée les ren­con­trer. Ils sont très à l’écoute et m’ont aus­si conseillée. Il y a une cause qui nous réunit. » Après avoir mon­té son bu­si­ness plan, Ma­ri­sa Bi­schoff s’est tour­née vers les banques - « ils fi­nancent plu­tôt l’équi­pe­ment » - et les bu­si­ness an­gels - « un peu trop longs pour mes dé­lais ». La col­lec­tion est prête pour l’été 2017. La créa­trice a alors pen­sé au crowd­fun­ding. La cam­pagne va dé­mar­rer mer­cre­di pour une du­rée d’un mois et de­mi. Une cam­pagne qui pré­sente l’état d’es­prit de la marque, ré­su­mé dans une pe­tite vi­déo, tour­née à Tou­lon.

Ou­vrir des bou­tiques

Ma­ri­sa Bi­schoff a dé­jà une idée pré­cise de la chro­no­lo­gie des opé­ra­tions. Pas­sé l’ob­jec­tif de vivre de son ac­ti­vi­té et de créer plu­sieurs em­plois, elle sou­haite ou­vrir des bou­tiques tout en res­tant sur un pro­duit unique ex­clu­sif dé­cli­né en trois mo­dèles filles, trois mo­dèles gar­çons, deux mo­dèles uni­sexes. Cha­cun des mo­dèles se­ra pro­po­sé en deux cou­leurs. Tous se­ront pro­duits à par­tir d’agri­cul­ture bio­lo­gique ou is­sus de ma­tières re­cy­clées. Les tein­tures se­ront dé­pour­vues de mé­taux lourds. Par la suite, la marque pro­po­se­ra des confé­rences afin de sen­si­bi­li­ser les pa­rents. « C’est un pro­jet au­da­cieux. La cam­pagne de crowd­fun­ding me per­met­tra de réa­li­ser les pro­to­types pour faire des pré­ventes, faire de la tré­so­re­rie et fa­bri­quer en­suite. » 10000 eu­ros se­ront né­ces­saires pour amor­cer le lan­ce­ment. Les sta­tuts de l’en­tre­prises se­ront dé­po­sés pro­chai­ne­ment.

(Pho­to Luc Bou­tria)

Une marque de vê­te­ments pour en­fants en éco­no­mie col­la­bo­ra­tive : un idéal que Ma­ri­sa Bi­schoff s’ef­force de concré­ti­ser.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.