En­tre­prendre à la fac

Le sta­tut d’étu­diant en­tre­pre­neur, créé en 2014, connaît un suc­cès cer­tain. Ou­vert aux dé­ten­teurs du bac et au-de­là, il offre l’op­por­tu­ni­té de mon­ter et de tes­ter un pro­jet en­tre­pre­neu­rial, mais aus­si d’ob­te­nir un di­plôme re­con­nu

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Emploi et Formation - CLAU­DINE FRANCINI/SOPRESS

Créer, dé­ve­lop­per et com­mer­cia­li­ser des in­ter­rup­teurs élec­triques in­tel­li­gents, des pé­dales de gui­tare in­no­vantes, des chro­no­mètres pour tram­po­line, une ap­pli­ca­tion pour co­voi­tu­rage, un ré­seau so­cial dé­dié au par­tage de connais­sances, un food truck ou un sa­lon de coif­fure, est mis­sion pos­sible lors­qu’on mène des études. Ces pro­jets d’en­tre­prises ont été éla­bo­rés par les étu­diants en­tre­pre­neurs au sein du PEPITE1 Pa­ca-est cou­vrant les Alpes-Ma­ri­times et le Var.

Rem­plir un dos­sier de can­di­da­ture

La pro­chaine ren­trée uni­ver­si­taire ver­ra la troi­sième ses­sion prendre le che­min de l’Uni­ver­si­té de Nice et de Tou­lon. « À l’ou­ver­ture, nous avions sé­lec­tion­né une di­zaine d’étu­diants, l’an­née der­nière ils étaient une ving­taine et nous avions re­çu une qua­ran­taine de dos­siers. Pour la ren­trée 2016, nous avons beau­coup plus de dos­siers qu’en 2015 et les sé­lec­tions vont dé­bu­ter le 27 juin pro­chain. Le dis­po­si­tif monte en puis­sance sou­te­nue de­puis sa mise en place », ex­plique Oli­vier Hue­ber, char­gé de mis­sion En­tre­pre­na­riat et Etu­diant à l’Uni­ver­si­té de Nice So­phia An­ti­po­lis et di­rec­teur du PEPITE Pa­ca-est. L’ob­ten­tion du sta­tut d’étu­diant en­tre­pre­neur, via le dos­sier de can­di­da­ture, condi­tionne l’ac­cès au dis­po­si­tif. De sep­tembre à jan­vier, les ins­crits suivent des cours, as­sistent à des sé­mi­naires, ren­contrent des pro­fes­sion­nels, et sont mis en re­la­tion avec les pé­pi­nières, cou­veuses et autres in­cu­ba­teurs de la ré­gion : In­cu­ba­teur Pa­ca-est, Tou­lon Var Tech­no­lo­gies, pé­pi­nière du CROUS à Nice... au sein des­quels ils sont ul­té­rieu­re­ment hé­ber­gés.

Un ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé

« Ce stage de créa­tion d’en­tre­prise peut s’ef­fec­tuer à la place du stage tra­di­tion­nel pré­vu dans leur cur­sus d’études prin­ci­pal, il peut aus­si s’ef- fec­tuer en été, voire l’an­née sui­vante. 90 % des étu­diants en­tre­pre­neurs suivent dé­jà des études su­pé­rieures au sein des uni­ver­si­tés ou de grandes écoles de la ré­gion. Ils s’adressent à nous lors­qu’ils ont un pro­jet de créa­tion d’en­tre­prises. L’ac­com­pa­gne­ment que nous leur pro­po­sons est per­son­na­li­sé et les cours dis­pen­sés va­rient en fonc­tion de leur spé­cia­li­té d’études ». Il est aus­si pos­sible d’ob­te­nir le sta­tut d’étu­diant en­tre­pre­neur en étant ba­che­lier et, dans tous les cas, le cur­sus dé­bouche sur le di­plôme d’Éta­blis­se­ment Etu­diant En­tre­pre­neur (D2E) dis­pen­sé par l’IAE1 au sein des uni­ver­si­tés. In­té­grer ce sta­tut donne aus­si l’op­por­tu­ni­té aux jeunes de par­ti­ci­per à des concours de pro­jets de créa­tions d’en­tre­prises - chal­lenge Jeunes Pousses, les En­tre­pre­neu­riales, Concours de la Fon­da­tion Unice - avec à la clé l’ob­ten­tion d’un pe­tit ca­pi­tal pour leur fu­ture so­cié­té. « En 2015 nous avons eu deux lau­réats au concours PEPITE avec, pour le pre­mier, l’at­tri­bu­tion d’une somme de 10.000 eu­ros ». Les frais d’ins­crip­tion uni­ver­si­taires au di­plôme D2E sont de 350 eu­ros pour ceux dé­jà ins­crits à un cur­sus d’études su­pé­rieures. Ils sont de 500 eu­ros pour une pri­mo ins­crip­tion.

1. Pôle Etu­diants pour l’In­no­va­tion le Trans­fert et l’En­tre­pre­na­riat 2. Ins­ti­tut d’Ad­mi­nis­tra­tion des En­tre­prises pré­sent à l’uni­ver­si­té de Nice et de Tou­lon

De plus en plus d’étu­diants sont sé­duits par le sta­tut qui offre une op­por­tu­ni­té unique de se lan­cer à son compte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.