« Les jeunes ont com­pris ce qu’il se passe là-bas »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France - C.C. (1) Son iden­ti­té a été mo­di­fiée afin de pré­ser­ver son ano­ny­mat.

Elle re­chigne à en par­ler. Trop frais. Trop dou­lou­reux. Voi­là pour­tant des mois, des an­nées même que So­nia (1), ha­bi­tante des quar­tiers est de Nice, a failli voir son fils glis­ser entre les mains d’une fi­lière dji­ha­diste. L’ado­les­cent a été stop­pé à l’aé­ro­port de Nice alors qu’il s’ap­pré­tait à em­bar­quer pour la Tur­quie. In ex­tre­mis. Cette fi­lière me­nait-elle à la ka­ti­ba d’Omar Dia­by, qui a par­ti­cu­liè­re­ment pui­sé dans les quar­tiers po­pu­laires de l’est ni­çois ? « Je n’en ai au­cune idée... et je ne veux pas le sa­voir, tranche So­nia. C’est un cau­che­mar que je pré­fère ou­blier. Ce n’est pas fa­cile pour nous... Il faut avoir vé­cu une chose pa­reille pour se rendre compte. Je ne le sou­hai­te­rais pas à mon pire en­ne­mi ! » So­nia sait bien, en re­vanche, comment les re­cru­teurs ont fer­ré leur proie. Comment ils ont tis­sé via la Toile une em­prise psy­cho­lo­gique sur son fils. « C’est une secte, es­time cette mère éprou­vée. Ils ciblent des jeunes de 15-16 ans parce qu’ils ne com­prennent rien à la vie. Et ils leur lavent la tête... » Dé­sor­mais, les contrôles ren­for­cés à la fron­tière et le ta­ris­se­ment des dé­parts vers la Sy­rie ont quelque peu ras­su­ré So­nia. « Je pense que main­te­nant, les jeunes ont com­pris. Com­pris que là-bas, ce n’était pas du tout ce qu’on leur pro­met­tait... Avec tout ce qu’ils ont vu et lu des­sus, et main­te­nant que les au­to­ri­tés em­pêchent les mi­neurs de par­tir, c’est de­ve­nu qua­si­ment im­pos­sible pour eux de quit­ter le ter­ri­toire. C’est très im­por­tant ! Et c’est la seule chose qui me sou­lage. » L’an­nonce de la « ré­sur­rec­tion » de Dia­by, en re­vanche, est de celles qui ra­vivent les tour­ments de So­nia. Et qui ré­veillent en elle cette haine, cette rage ma­ter­nelle qu’elle tente d’ou­blier. « Pas be­soin de le ju­ger. Une balle dans la tête et c’est fi­ni, une fois pour toutes ! Si je pou­vais le faire, je le fe­rais très vo­lon­tiers. Et je n’au­rais au­cun re­mords. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.