Vi­ve­ment di­manche!

Bat­tus mais tou­jours pas abat­tus, les Tou­lon­nais se sont dé­jà tour­nés vers la ré­cep­tion de Bor­deaux-Bègles. Ils veulent, cette fois, réa­li­ser un grand match pour lan­cer leur sprint

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - PHI­LIPPE BERSIA

Même s’il a quit­té le stade quelques mi­nutes avant le terme du match, il y avait au moins un Tou­lon­nais content, di­manche soir, à l’is­sue de cette dé­faite contre Mont­pel­lier : Mou­rad Boud­jel­lal, qui en­tre­voit dé­sor­mais clai­re­ment un bar­rage à do­mi­cile pour le RCT, et donc une ren­trée d’ar­gent sup­plé­men­taire. Pour au­tant son voeu n’est pas en­core exau­cé et tout peut en­core ar­ri­ver à son RCT : un bar­rage à l’ex­té­rieur comme une qua­li­fi­ca­tion di­recte sur le fil, en de­mie. On at­ten­dra donc l’ul­time jour­née pour faire les comptes, et on se gar­de­ra bien de faire du ca­tas­tro­phisme avant. Ber­nard La­porte nous a d’ailleurs mon­tré la voie en lâ­chant un mes­sage d’es­poir avant de s’en­gouf­frer dans le bus. « On va fi­nir deuxièmes ! »,a af­fir­mé le ma­na­ger du RCT, dé­çu mais sur­tout pas abat­tu par ce nou­vel échec face à une grosse écu­rie : « On perd contre une grosse équipe qui peut être cham­pionne de France parce qu’elle a tout. Elle est cos­taude de­vant, même si on les a bien em­bê­tés pen­dant une heure. Ils ont des bu­teurs de près, de loin, et nous, on a été trop fra­giles au fond du ter­rain... Josh et James nous ont fait perdre le match. On prend 20 points de trop, (deux es­sais et deux pé­na­li­tés). Mais il y a eu aus­si des choses en­cou­ra­geantes. Ce soir, il y avait douze mecs qui mé­ri­taient de ga­gner, et trois de perdre, et ils nous font perdre. C’est comme ça le rugby. Mais de­vant, tout le monde au­jourd’hui a en­core son des­tin entre les mains... ».

Mou­rad se dé­bat, Mo­hed dé­roule

Capt’ain Gui­ra­do te­nait à peu près le même dis­cours : « Il y a beau­coup de dé­cep­tion ce soir, mais on n’est pas mort non plus. On doit éva­cuer au plus vite ce match. On leur a fait trop de ca­deaux. Ils n’avaient pas be­soin de ça, c’est une grosse équipe. On va vite se re­mettre au tra­vail car la se­maine se­ra courte... ». « C’est très frus­trant, parce qu’on a vu que quand on gar­dait le bal­lon et qu’on avan­çait, on les met­tait en dif­fi­cul­té. Mal­heu­reu­se­ment ce soir, on a été trop in­dis­ci­pli­nés et le der­nier geste a été souvent man­qué. On l’a payé cash face à une équipe très prag­ma­tique. On a confiance dans notre jeu, on sait de quoi on est ca­pable », ren­ché­ris­sait Jo­na­than Pé­lis­sié. Pas ques­tion pour eux d’en­fon­cer un co­équi­pier, mais il est évident que le tri­angle ar­rière n’a pas été à la hau­teur. James O’Con­nor no­tam­ment, au­teur de quatre es­sais à Agen lors­qu’il jouait à l’aile et re­po­si­tion­né en 15, s’est man­qué dé­fen­si­ve­ment et n’est pas par­ve­nu à com­pen­ser en se ra­che­tant of­fen­si­ve­ment. Mais qui peut af­fir­mer qu’il ne se­ra pas l’homme du match face à Bor­deaux ? Le po­ten­tiel est en­core là, l’es­poir aus­si, même si la corde est vrai­ment ten­due au­jourd’hui, car la concur­rence de­vient vrai­ment fé­roce. Il faut d’ailleurs là rendre un pe­tit hom­mage à Mo­hed Al­trad, car le doute main­te­nant n’est plus per­mis. Il va fal­loir aus­si comp­ter avec ce MHR, ver­sion Afri­ka­ners : « Le tra­vail réa­li­sé jusque-là com­mence à payer, mais on a en­core des étapes à fran­chir pour fi­gu­rer par­mi les quatre grands d’Eu­rope » ,a juste com­men­té le pla­cide pré­sident mont­pel­lié­rain, qui ne va pas se conten­ter long­temps d’un simple Chal­lenge eu­ro­péen et re­crute en consé­quence. Pen­dant que Mou­rad se dé­bat et tente de réa­li­ser des tours de ma­gie pour main­te­nir le ni­veau de l’ef­fec­tif tou­lon­nais, Mo­hed, la force tran­quille, dé­roule... À la tête d’un vé­ri­table em­pire fi­nan­cier, le pré­sident du MHR, qui s’est payé un coup de com’ gra­tuite sur le dos­sier « OM » mais se gar­de­ra bien d’y mettre les pieds, vise main­te­nant le ra­chat d’un club an­glais... C’est dire s’il voit dé­jà plus loin, pen­dant que le RCT, lui, est bien contraint de na­vi­guer à vue. Vi­ve­ment di­manche qu’on sache un peu plus clai­re­ment où il peut en­core al­ler...

(Pho­to Luc Bou­tria)

Les Tou­lon­nais peuvent bais­ser la tête, ils ont fait trop de ca­deaux à Mont­pel­lier...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.